Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'ESMA demande aux banques de traiter les dérivés dans l'UE après le Brexit
Reuters25/11/2020 à 13:04

L'ESMA DEMANDE AUX BANQUES DE TRAITER LES DÉRIVÉS DANS L'UE APRÈS LE BREXIT

L'ESMA DEMANDE AUX BANQUES DE TRAITER LES DÉRIVÉS DANS L'UE APRÈS LE BREXIT

LONDRES (Reuters) - Les banques de l'Union européenne devront utiliser des plates-formes de transactions situées dans l'UE pour traiter des produits dérivés à partir du 1er janvier, a annoncé mercredi l'Autorité européenne des marchés de titres (ESMA).

La nouvelle réglementation (derivatives trading obligation, DTO) applicable à l'expiration de la période de transition post-Brexit, le 31 décembre, implique que les investisseurs devront recourir à une plate-forme de swaps installée au sein de l'Union ou dans un pays extérieur à celle-ci mais bénéficiant de l'"équivalence", ce qui est le cas des Etats-Unis.

Elle signifie que les filiales de banques de l'UE installées à Londres risquent de se trouver confrontées à des exigences européennes et britanniques contradictoires, chaque partie exigeant le recours à une plate-forme basée sur son sol.

"L'ESMA reconnaît que cette approche crée des difficultés pour certaines contreparties de l'UE, particulièrement les filiales de sociétés d'investissement de l'UE au Royaume-Uni", écrit d'ailleurs l'autorité européenne.

"Cependant, l'ESMA considère que les contreparties de l'UE peuvent honorer leurs obligations dans le cadre de la DTO en effectuant des transactions sur des plates-formes de transactions de l'UE ou des plates-formes de transactions éligibles de pays tiers, et cette situation est avant tout une conséquence de la manière dont le Royaume-Uni a choisi de mettre en oeuvre la DTO."

Le secteur des produits dérivés financiers et le gouvernement britannique réclament à l'UE, afin d'éviter un conflit réglementaire, l'octroi de l'équivalence à Londres ou au moins un mécanisme juridique levant ce risque. Mais Bruxelles n'a pour l'instant pas accordé cette équivalence pour les dérivés.

Côté britannique, la Financial Conduct Authority (FCA) a précisé qu'elle n'entendait pas modifier son approche du dossier pour l'instant.

"L'équivalence mutuelle serait la meilleure manière d'éviter des perturbations de marché et de respecter les engagements internationaux du G20", estime-t-elle.

Les discussions commerciales en cours entre Londres et Bruxelles ne couvrent pas les services financiers mais un compromis pourrait faciliter la recherche d'un accord sur ce dossier.

Pour l'International Swaps and Derivatives Association (ISDA), principale fédération des acteurs du marché des dérivés, l'absence d'équivalence se traduirait par une dégradation de la liquidité et une hausse des coûts.

(Huw Jones, version française Marc Angrand)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • kozlow67
    25 novembre14:09

    Voilà une bonne mesure, les british se croient indispensables malgré le brexit... ils vont découvrir qu'en fait, on peut se passer d'eux ! et ça va leur faire mal... curieux, non ? on n'entend plus les supporters du brexit qui vantaient tant le choix anglais !...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer