Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'épidémie de coronavirus est à nouveau très active en France, dit Véran
Reuters17/09/2020 à 17:30

L'ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS EST À NOUVEAU TRÈS ACTIVE EN FRANCE, DIT VÉRAN

L'ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS EST À NOUVEAU TRÈS ACTIVE EN FRANCE, DIT VÉRAN

PARIS (Reuters) - L'épidémie de coronavirus est "à nouveau très active" en France où il va falloir apprendre à vivre avec le virus et faire des efforts supplémentaires pour l'endiguer, a déclaré jeudi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

"Nous devons apprendre à vivre avec le virus pour quelques mois encore avec ses phases d'activité (...) et ses périodes d'accalmie", a-t-il dit lors d'une conférence de presse, alors que tous les indicateurs montrent une progression de l'épidémie. Mais il s'agit aussi, a-t-il ajouté, de conserver "notre vie sociale, économique, culturelle, éducative et citoyenne".

Et si les pouvoirs publics constatent une "accélération de la circulation du virus", sa vitesse de circulation est moins élevée qu'au plus fort de la crise, en mars-avril. "Au printemps dernier, une personne malade allait contaminer deux autres personnes tous les trois jours", a-t-il dit, contre quinze jours aujourd'hui.

(Nicolas Delame et Henri-Pierre André, édité par Jean-Michel Bélot)

17 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    18 septembre14:09

    vonvon1...si la critique est aisée...vous connaissez la suite je suppose???...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer