Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

L'Australie défend sa gestion de l'accord sur les sous-marins français
information fournie par Reuters19/09/2021 à 11:29

L'AUSTRALIE DÉFEND SA GESTION DE L'ACCORD SUR LES SOUS-MARINS FRANÇAIS

L'AUSTRALIE DÉFEND SA GESTION DE L'ACCORD SUR LES SOUS-MARINS FRANÇAIS

par Lidia Kelly et John Mair

SYDNEY (Reuters) - L'Australie a défendu dimanche sa décision d'annuler l'accord sur les sous-marins français, expliquant que le gouvernement avait fait part de ses réserves à Paris depuis des mois, alors que le nouveau partenariat avec les États-Unis et la Grande-Bretagne continue de provoquer une crise diplomatique majeure.

"Je ne regrette pas la décision de faire passer l'intérêt national de l'Australie en premier", a déclaré le Premier ministre australien Scott Morrison.

L'Australie a annulé un accord conclu en 2016 avec le groupe français Naval Group pour la construction d'une flotte de sous-marins conventionnels et annoncé jeudi un accord pour la construction d'au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire avec les technologies américaine et britannique dans le cadre d'un partenariat de sécurité trilatéral.

Cette décision a rendu les autorités françaises furieuses et la France a rappelé ses ambassadeurs à Washington et à Canberra. Le nouvel accord stratégique a aussi provoqué la colère de la Chine, principale puissance montante dans la région Indo-Pacifique.

Scott Morrison a indiqué comprendre la déception de la France, alliée de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis au sein de l'Otan, après l'annulation de l'accord mais a redit que l'Australie devait toujours prendre les décisions dans son meilleur intérêt.

"C'est un sujet que j'avais soulevé directement il y a quelques mois et nous avons continué à discuter de ces questions, y compris par les ministres de la Défense et d'autres", a déclaré Scott Morrison lors d'un point presse.

CRISE DIPLOMATIQUE

L'accord stratégique noué avec Canberra a plongé Washington dans une crise diplomatique sans précédent avec la France qui, selon des analystes, pourrait causer des dommages durables à l'alliance des États-Unis avec la France et l'Europe, jetant également le doute sur le front uni que le président américain Joe Biden a cherché à forger face à la Chine.

Paris a qualifié cette annulation de "coup de poignard dans le dos" et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré que le rappel des ambassadeurs montrait la "force de la crise" dans les relations avec les États-Unis et l'Australie.

Scott Morrison a indiqué qu'il avait informé la France du nouvel accord mercredi à 20h30 avant de l'annoncer avec Joe Biden et le Premier ministre britannique Boris Johnson jeudi matin à 7h heure de Canberra.

Le ministre australien de la Défense, Peter Dutton, a de son côté assuré que l'Australie avait été "franche, ouverte et honnête" avec la France concernant ses réserves vis-à-vis de l'accord de fourniture de sous-marins français.

"Les affirmations selon lesquelles le gouvernement australien n'a pas fait part de ses réserves vont à l'encontre de ce qui a été publié et de ce qui a été dit publiquement pendant une longue période", a déclaré Peter Dutton à Sky News.

La nouvelle ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss a quant à elle dit que l'accord de sécurité conclu par la Grande-Bretagne avec l'Australie et les États-Unis montrait que Londres était prêt à faire preuve de "fermeté" pour défendre ses intérêts.

(Reportage Lidia Kelly et John Mair, version française Matthieu Protard)

4 commentaires

  • 19 septembre13:45

    qu'elle a signés*