Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Ingénieurs : beaucoup de postes à pourvoir en France, mais de grosses difficultés pour recruter, selon une étude
information fournie par Boursorama avec Media Services 14/09/2022 à 12:05

"Les entreprises ont du mal à recruter des ingénieurs parce qu'on n'en fabrique pas assez", même si les entreprises soulignent des "exigences salariales trop élevées".

( AFP / SAMEER AL-DOUMY )

( AFP / SAMEER AL-DOUMY )

Beaucoup de postes d'ingénieurs sont disponibles en France, qui connaît une pénurie de candidats, les entreprises rencontrant de grosses difficultés à recruter, selon l'enquête annuelle de la société des ingénieurs et scientifiques de France IESF, menée auprès des anciens élèves des écoles d'ingénieurs françaises et publiée mercredi 14 septembre.

"Les recrutements et la mobilité ont retrouvé leur niveau d'avant-crise. L 'activité a nettement rebondi en 2021 après la récession de 2020 liée à la pandémie de Covid-19" , indique l'IESF. Le taux de chômage des ingénieurs, de 3,2% en incluant les jeunes diplômés (2,2% sinon), "est dans les niveaux les plus bas enregistrés", selon l'enquête.

En revanche, le rebond de l'activité s'est traduit par un retour des difficultés pour les recruteurs : 20% des recruteurs interrogés "ont rencontré des difficultés à recruter sur tous les profils, un niveau inégalé ces huit dernières années", seuls 39% n'ayant pas connu de difficulté particulière.

La nature des difficultés varie selon les profils recherchés, précise l'IESF, qui cite par exemple des "exigences salariales trop élevées des experts en intelligence artificielle ou en cybersécurité", ou une "absence sur le marché de certains profils d'experts techniques".

Un déficit de 20.000 ingénieurs par an

"Les entreprises ont du mal à recruter des ingénieurs parce qu'on n'en fabrique pas assez", a résumé Marc Rumeau, président de l'IESF. Quelque 38.000 nouveaux ingénieurs se présentent chaque année sur le marché du travail en France, alors qu'il en faudrait environ 60.000, selon Marc Rumeau.

La filière hydrogène manquerait de 5.000 ingénieurs, la filière de l'air et de l'espace de 10.000, le nucléaire, en plein redémarrage, manque de 10.000 ingénieurs et techniciens , selon les informations dont il dispose. Concernant ce secteur précis, Marc Rumeau pointe du doigt le manque d'impulsion politique, comme en écho aux propos récents du PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy, sèchement recadré par le président Macron : "ça fait 30 ans qu'on a le pied sur le frein du nucléaire et très fortement depuis dix ans, donc on n'a pas recruté et encore moins formé dans ces filières-là", déplore Marc Rumeau.

Le phénomène de manque d'ingénieurs n'est pas nouveau, mais s'est accentué ces dernières années, en raison de plusieurs facteurs, selon lui. Il a notamment évoqué la réforme du lycée qui a supprimé les mathématiques du tronc commun dès la classe de première et provoqué une fonte substantielle des candidatures, notamment féminines, une suppression sur laquelle l'exécutif a promis de revenir.

"On commence à sentir une pression sur le pipeline des classes prépa et donc des écoles d'ingénieurs", a indiqué Marc Rumeau.

Valeurs associées

EDF
12,00 EUR Euronext Paris 0,00%

9 commentaires

  • 14 septembre 20:30

    Ce qui a de marrant pour les ingénieurs et c'est valable pour d'autres secteurs. Le féministe dit que c'est un bastion masculin un homme ingénieur et un stéréotype vous avez des associations comme "elles bougent, elle et maths,... " .Ils en faut 30 % dans les écoles. Et pendant que l'on fait notre égalitarisme sexuelle, la société quota, les écoles comme celle de Rubika près de valenciennes on s'aperçoit que l'on manque d'ingénieur et on s'inquiète pour les filières.


Signaler le commentaire

Fermer