Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Hidalgo réclame une primaire de la gauche pour la présidentielle
information fournie par Reuters08/12/2021 à 20:50

HIDALGO RÉCLAME UNE PRIMAIRE DE LA GAUCHE POUR LA PRÉSIDENTIELLE

HIDALGO RÉCLAME UNE PRIMAIRE DE LA GAUCHE POUR LA PRÉSIDENTIELLE

PARIS (Reuters) - La socialiste Anne Hidalgo a appelé mercredi à l'organisation d'une primaire pour désigner un candidat unique de la gauche à l'élection présidentielle d'avril 2022 en France.

Les sondages indiquent pour l'instant qu'aucun des multiples candidats de gauche ne semble en mesure de se qualifier pour le second tour, la maire de Paris étant elle-même créditée de moins de 5% des intentions de vote, derrière Jean-Luc Mélenchon ou l'écologiste Yannick Jadot qui ne dépassent généralement pas les 10%.

"J'ai pris acte de cette situation, (...) si nous ne faisons pas de rassemblement, il n'y aura pas de possibilité pour cette gauche de continuer à exister dans notre pays", a dit Anne Hidalgo sur TF1.

"Cette gauche fracturée, cette gauche qui désespère beaucoup de nos concitoyens (...) doit se rassembler pour gouverner (...) Il faut organiser une primaire de cette gauche, arbitrée par nos concitoyens", a-t-elle plaidé, invitant à participer "les candidates et les candidats qui veulent gouverner ensemble".

La maire de Paris a assuré qu'elle se rangerait derrière le vainqueur d'une telle primaire mais a exclu de retirer sa candidature si une telle consultation n'a pas lieu.

Dans une lettre "au peuple de gauche" publiée auparavant sur Twitter, l'ancien ministre Arnaud Montebourg, crédité de 1% ou 2% des intentions de vote, a lui aussi appelé mercredi à un "rassemblement", pour lequel il s'est dit prêt à "offrir" sa candidature, sans parler explicitement de primaire.

(Rédigé par Bertrand Boucey, édité par Jean Terzian)

19 commentaires

  • 09 décembre11:03

    Elle n'est même pas en position de "réclamer" ... et personne n'a envie de suivre la trajectoire qu'elle a fait suivre à Paris