Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Guerre en Ukraine : "Nous ne pouvons pas accéder à la demande de Kiev de rentrer dans l'UE et dans l'Otan", estime Fabien Roussel
information fournie par Boursorama avec Media Services21/02/2024 à 11:14

Fabien Roussel à Paris le 21 janvier 2024. ( AFP / GUILLAUME BAPTISTE )

Fabien Roussel à Paris le 21 janvier 2024. ( AFP / GUILLAUME BAPTISTE )

"Je souhaite que nous coalisions les diplomaties" pour "mettre sur la table le statut de neutralité pour l'Ukraine", a fait savoir le député du Nord et secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel sur France Info ce mercredi 21 février.

L'Ukraine doit-elle intégrer l'Union européenne et l'Otan ? Pas selon le député du Nord et secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel. Sur France Info ce mercredi 21 février, il a estimé qu'il n'était "pas possible d'accéder" à la demande du pays, qui se défend contre l'offensive russe.

"La France et l'Union européenne ont raison d'aider un pays envahi. Mais aujourd'hui, plutôt que de se projeter dans une guerre qui pourrait durer encore deux ou trois ans, s'embraser, devenir mondiale, je souhaite que nous coalisions les diplomaties pour peser sur des négociations politiques et mettre sur la table, très concrètement, le retrait des troupes russes, ainsi que le statut de neutralité pour l'Ukraine", que réclame Vladimir Poutine depuis le début de l'offensive, a-t-il détaillé.

"Nous ne pouvons pas accéder à la demande de l'Ukraine de rentrer dans l'Union européenne et dans l'Otan. Ce n'est pas possible. Nous voyons combien se mettre sous le parapluie de l'Otan est lourd de dangers. Demain, si Donald Trump est élu, comment nous assurons notre propre sécurité collective ?", s'est interrogé Fabien Roussel. L'ancien président américain a en effet menacé, en cas de retour à la Maison Blanche, de ne plus garantir la protection des pays de l'Otan face à la Russie si ceux-ci ne payaient pas leur part. "J'appelle à ce que les Européens s'unissent pour construire cette sécurité collective", a-t-il poursuivi, concluant : "La paix est une construction politique, ce n'est pas un slogan, un vœu pieu."

Des accords bilatéraux de sécurité signés entre Kiev, Berlin et Paris

Fabien Roussel avait déjà plaidé l'été dernier, dans un courrier adressé à Emmanuel Macron, pour "la négociation d’un statut de neutralité pour l'Ukraine dans le cadre d’une protection internationale sous l'égide de l'ONU, en contrepartie duquel l'Ukraine renoncerait à rejoindre l'Otan".

Après Londres, Berlin et Paris ont signé il y a quelques jours avec Kiev des accords bilatéraux de sécurité, signe de la nécessité pour l'Ukraine de contourner les incertitudes sur son adhésion à l'Otan et les faiblesses actuelles de l'Alliance atlantique. Ces signatures interviennent deux ans après l'invasion russe de l'Ukraine et sur fond de remise en cause de l'aide militaire américaine.

27 commentaires

  • 21 février19:35

    La Traître Russie aura la même fin que l'empire bizantin. Le peuple arménien trahi une fois de trop par la Russie y veillera (comme avec les bizantin)


Signaler le commentaire

Fermer