Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Grande-Bretagne: Revers pour Johnson avec la démission du tsar de l'éthique du gouvernement
information fournie par Reuters15/06/2022 à 22:58

GRANDE-BRETAGNE: REVERS POUR JOHNSON AVEC LA DÉMISSION DU TSAR DE L'ÉTHIQUE DU GOUVERNEMENT

GRANDE-BRETAGNE: REVERS POUR JOHNSON AVEC LA DÉMISSION DU TSAR DE L'ÉTHIQUE DU GOUVERNEMENT

LONDRES (Reuters) - Le Premier ministre britannique Boris Johnson a connu mercredi un nouveau revers pour son autorité avec la démission de son conseiller en matière d'éthique, la deuxième en moins de deux ans pour le titulaire de ce poste, une semaine après que Johnson a survécu à un vote de confiance de ses pairs conservateurs.

Après des mois de scandales et de gaffes ayant amplifié les interrogations sur son autorité et nui à sa cote de popularité dans l'opinion publique, Boris Johnson a vu 41% des députés de son Parti conservateur voter la semaine dernière contre son maintien à la tête du gouvernement.

Christopher Geidt, conseiller indépendant sur les intérêts du gouvernement, avait déclaré le mois dernier que le Premier ministre devait expliquer les raisons pour lesquelles il pensait ne pas avoir violé le code de conduite ministériel après s'être vu infligé une amende pour avoir pris part à des fêtes à Downing Street en dépit des mesures de confinement face au COVID-19.

"Avec regret, je sens qu'il est juste que je démissionne de mon poste", a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur le site internet du gouvernement, sans donner le motif de sa démission.

Le gouvernement s'est dit surpris de la décision de Christopher Geidt. "Bien que nous sommes déçus, nous remercions Lord Geidt pour ses services. Nous nommerons un nouveau conseiller en temps voulu", a déclaré un porte-parole.

Christopher Geidt avait été nommé par Boris Johnson en avril 2021, alors que le précédent titulaire du poste avait démissionné un an plus tôt pour protester contre le soutien apporté par Johnson à un membre de son cabinet ayant violé le code de conduite gouvernemental.

(Reportage Kylie MacLellan; version française Jean Terzian)

1 commentaire

  • 16 juin11:19

    Son conseiller en éthique ? je ne savais pas que cela existait comme poste , surtout pour un homme tel que lui , qui se contrefiche surement de l' éthique ..........