Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grande-Bretagne: Cameron dément avoir été motivé par l'argent pour le lobbying de Greensill
Reuters13/05/2021 à 19:09

GRANDE-BRETAGNE: CAMERON DÉMENT AVOIR ÉTÉ MOTIVÉ PAR L'ARGENT POUR LE LOBBYING DE GREENSILL

GRANDE-BRETAGNE: CAMERON DÉMENT AVOIR ÉTÉ MOTIVÉ PAR L'ARGENT POUR LE LOBBYING DE GREENSILL

par William James

PARIS (Reuters) - L'ancien Premier ministre britannique David Cameron a démenti jeudi avoir été motivé par un intérêt financier personnel lorsqu'il agissait comme conseiller pour la société financière désormais en faillite Greensill Capital.

Si ses activités de lobbyisme n'ont pas abouti à des changements politiques, elles ont soulevé des interrogations quant à la pertinence pour les anciens dirigeants politiques d'utiliser leur statut pour essayer d'influencer la politique gouvernementale.

David Cameron n'a pas souhaité dévoiler sa rémunération chez Greensill, ou la valeur de ses actions détenues dans la société, mais il a indiqué que cela représentait "un important investissement économique".

"J'ai été payé un montant annuel, un montant annuel généreux, bien plus que ce que j'ai gagné en tant que Premier ministre", a-t-il déclaré à la commission du Trésor de la Chambre des communes.

Lorsqu'il a quitté ses fonctions au 10, Downing Street en 2016, David Cameron disposait d'un salaire d'un peu plus de 150.000 livres (174.352 euros).

Interrogé sur le fait de savoir si la crainte d'une perte financière avait motivé ses activités de lobbying, David Cameron a répondu: "Ce n'est pas ce que j'ai ressenti à l'époque, et ce n'est pas ce qui m'a motivé".

Il a ajouté avoir cru en la capacité de Greensill à aider les entreprises et le pays au début de la pandémie de coronavirus.

Selon des documents dévoilés mardi, David Cameron a contacté à plusieurs reprises lors d'une période de quatre mois en 2020 des responsables gouvernementaux et financiers pour le compte de Greensill, qui a déposé le bilan en mars.

Il a dit penser que l'envoi de sms et de messages via l'application WhatsApp était approprié en raison de la sévérité de la crise dûe au COVID-19, mais que d'autres règles pourraient s'appliquer à l'avenir.

David Cameron a démarché le gouvernement pour permettre à Greensill, fondée par l'ancien banquier australien Lex Greensill en 2011, d'accéder au programme de financement lié au COVID-19.

Le mois dernier, la Banque d'Angleterre a indiqué qu'aucun changement n'avait été fait dans le programme de facilité de financement aux entreprises mis en place face à la crise sanitaire à la suite des échanges entre David Cameron et des responsables de la banque centrale.

David Cameron a assuré à la commission du Trésor de la Chambre des communes qu'il n'avait pas été engagé initialement par Greensill comme lobbyiste mais que la situation avait changé avec la pandémie.

"Je ne pensais pas en mars ou en avril, lorsque j'avais ces contacts, qu'il y avait un risque que Greensill fasse faillite", a-t-il dit.

(Avec Andy Bruce et David Milliken; Blandine Hénault pour la version française)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer