Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

France: Abad réfute les accusations de viol et reste ministre
information fournie par Reuters23/05/2022 à 18:47

FRANCE: ABAD RÉFUTE LES ACCUSATIONS DE VIOL ET RESTE MINISTRE

FRANCE: ABAD RÉFUTE LES ACCUSATIONS DE VIOL ET RESTE MINISTRE

PARIS (Reuters) - Damien Abad a une nouvelle fois réfuté lundi "avec la plus grande des fermetés" les accusations de viol à son encontre et a annoncé qu'il restait ministre des Solidarités et candidat aux élections législatives du mois prochain en France.

"Un homme innocent doit-il démissionner ? Je ne crois pas", a-t-il déclaré lors d'une courte intervention devant des journalistes.

Au lendemain de l'entrée de Damien Abad dans le gouvernement formé vendredi, le site Mediapart a publié le témoignage de deux femmes accusant le nouveau ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées de viols en 2010 et 2011. L'une d'elles a porté plainte, classée sans suite.

"Je conteste les accusations à mon encontre avec la plus grande des fermetés", a répété Damien Abad lundi, après avoir déjà publié un communiqué en ce sens dimanche.

"Ces accusations m'infligent (...) une blessure profonde", a-t-il poursuivi. "Ce sont ici ma dignité et mon intégrité qui s'en trouvent atteintes. Je le répète avec fermeté, je n'ai jamais violé une seule femme de ma vie."

"Désormais je me consacre à ma mission de ministre (...) et je suis aussi pleinement engagé dans ma campagne législative comme candidat" à sa réélection dans l'Ain.

A l'issue du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement lundi matin, Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement, a déclaré que le président de la République Emmanuel Macron et la Première ministre Elisabeth Borne considéraient que "la justice est la seule à devoir et à pouvoir trancher".

La porte-parole du gouvernement a ajouté qu'Elisabeth Borne avait eu ce week-end un "échange franc et direct" à ce sujet avec son ministre des Solidarités.

La Première ministre a déclaré dimanche qu'il ne pouvait y avoir "aucune impunité" et que "si la justice est à nouveau saisie, on tirera toutes les conséquences".

(Rédigé par Nicolas Delame et Bertrand Boucey)

8 commentaires

  • 24 mai08:43

    Ceci dit, les personnel politique français fait plus souvent la couverture des presses people que de la rubrique se-xe, que de 1 er de la classe . Ensuite quand on à un chef d'orchestre du calibre du mignon, pas étonnant que le reste s'aligne .