Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Flambée des prix : le plan allemand de 200 milliards peut "fragiliser" certains pays, avertit la France
information fournie par Boursorama avec Media Services05/10/2022 à 14:56

"Les mesures que nous prenons sont (...) justifiées", a balayé le chancelier allemand, face aux critiques européennes.

Emmanuel Macron et Olaf Scholz à Berlin, en Allemagne, le 3 octobre 2022. ( AFP / JOHN MACDOUGALL )

Emmanuel Macron et Olaf Scholz à Berlin, en Allemagne, le 3 octobre 2022. ( AFP / JOHN MACDOUGALL )

Berlin fait-il cavalier seul ? L'Élysée a appelé, mercredi 5 octobre, de "mieux coordonner" les plans nationaux de soutiens aux ménages et aux entreprises, tout en soulignant que le plan d'aide "massif" du gouvernement allemand risque de "fragiliser" certains pays européens.

"Il est légitime et normal que les États membres cherchent des solutions pour accompagner les ménages et les entreprises face à l'inflation et à la flambée des prix de l'énergie. On le fait nous-mêmes", a concédé la présidence française avant un sommet européen informel à Prague.

"Le sujet éventuellement est sur le caractère massif de ces aides qui peut fragiliser des économies qui ont un espace budgétaire plus faible que le nôtre ", a toutefois pointé une conseillère du chef de l'État, lors d'un point avec des journalistes.

"Maintenant il faut qu'on trouve le bon mécanisme pour que ce soutien légitime soit compatible avec le fonctionnement de nos économies intégrées", a poursuivi la même source. Il s'agit de "mieux coordonner des plans nationaux qui ne sont pas du tout de même ampleur", a-t-elle encore suggéré.

Berlin met 200 milliards sur la table

Accusée de faire cavalier seul avec son plan de soutien de 200 milliards d'euros pour protéger ménages et entreprises, l'Allemagne s'est défendue mardi des critiques européennes l'exhortant à accepter plus de solidarité financière. "Les mesures que nous prenons sont (...) justifiées", a martelé à Berlin Olaf Scholz, le chef du gouvernement allemand.

La présidence française a pour sa part rejeté tout différend avec le chancelier sur le sujet. "Il n'y a pas de problème avec Berlin" , "pas de divergences sur ces sujets", a-t-elle assuré.

"Il y a une conscience collective des deux côtés du Rhin sur la gestion des questions énergétiques, sur le besoin de coordination et de solidarité", a-t-elle dit. "Il y a même plutôt convergence pour avancer ensemble et redonner une impulsion à la fois à la relation bilatérale (...) et dans des positions en franco-allemand sur les sujets européens", a encore souligné l'Élysée.

Le président Emmanuel Macron et le chancelier Olaf Scholz, qui ont dîné ensemble lundi à Berlin, doivent aussi se revoir en amont du sommet européen à Prague.

"On peut rappeler d'autres épisodes dans lesquels la chancelière (Angela Merkel) avait pris des décisions plus ou moins coordonnées, notamment sur les questions migratoires", a encore rappelé l'Élysée.

12 commentaires

  • 05 octobre16:37

    Par contre quand j'entends ici que l'on ne va pas plus pouvoir faire chauffer de l'eau à midi, là que l'on va contrôler les 19° etc, hier j'ai lu que 3 réacteurs sont bons pour le service, par contre pas de nouvelles de l'EPR de Flamanville, des voitures que l'on ne pourrait pas recharger, régler les trains pour ne pas trop consommer je me dis que l'on nous aurez peut-être menti, mais je m'interroge sur le "dans quel état est la France"