Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Coronavirus: Paris négocie avec Berlin pour éviter une frontière fermée en Moselle
Reuters28/02/2021 à 13:21

CORONAVIRUS: PARIS NÉGOCIE AVEC BERLIN POUR ÉVITER UNE FRONTIÈRE FERMÉE EN MOSELLE

CORONAVIRUS: PARIS NÉGOCIE AVEC BERLIN POUR ÉVITER UNE FRONTIÈRE FERMÉE EN MOSELLE

PARIS (Reuters) - La France a bon espoir d'éviter une fermeture de la frontière entre la Moselle et l'Allemagne, qui a décidé de classer à partir de lundi soir le département en zone à risque maximale en raison de la circulation de variants du COVID-19, a déclaré dimanche Clément Beaune.

Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes a confirmé sur France Inter que Berlin avait informé Paris de son intention concernant la Moselle, comme l'avait rapporté plus tôt la radio France Bleu Lorraine.

Cette mesure, qui s'applique depuis deux semaines au Tyrol autrichien et à la République tchèque, pourrait entraîner la fermeture de la frontière pour les 16.000 travailleurs français qui se rendent chaque jour en Allemagne s'ils ne présentent pas un test PCR négatif de moins de 24 heures.

Le Premier ministre français, Jean Castex, a annoncé jeudi que la Moselle, un des 20 départements placés sous surveillance, comptait 60% de cas de variant sud-africain, plus contagieux et potentiellement plus résistant aux vaccins, un chiffre qui inquiète à Paris comme à Berlin.

Déplorant une décision "unilatérale" et "extrêmement brutale", le président de la région Grand-Est, Jean Rottner, a émis le souhait que des solutions alternatives au test PCR soient acceptées par Berlin, comme les tests antigéniques ou les tests salivaires qui ne sont pas validés pour le moment en Allemagne.

"Nous ne souhaitons pas nous retrouver dans la situation de la Tchéquie et de l'Autriche dont les frontières ont été fermées de manière physique", a souligné Jean Rottner.

Clément Beaune a souligné que des discussions se poursuivaient à tous les niveaux pour éviter une telle situation, alors que le président Emmanuel Macron a évoqué le sujet avec la chancelière Angela Merkel dans la semaine.

"Nous sommes en discussion avec les autorités allemandes qui viennent de classer la Moselle en zone de circulation des variants. Cela implique une quasi fermeture des frontières. C'est ce que nous voulons éviter", a-t-il déclaré.

"Nous essayons d'atténuer le plus possible" les mesures exigées par l'Allemagne, dont le test PCR de moins de 24 heures, a poursuivi le ministre, exprimant bon espoir qu'un accord soit conclu sur l'acceptation du test antigénique, sur la nécessité de réaliser un test seulement tous les deux ou trois jours, ainsi que sur l'absence de contrôle physique aux frontières.

Ces mesures ne constitueraient pas un "traitement de faveur" par rapport à l'Autriche et la République tchèque, mais seraient l'aboutissement de "la plus grande coopération possible" entre Paris et Berlin, a assuré Clément Beaune.

(Tangi Salaün)

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • michevey
    28 février19:54

    Tout comme les frontières entre Suisse et France, les travailleurs frontaliers continueront à venir à passer pour venir travailler.La raison économique prime toujours en finalité !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer