Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Chine: Manifestations à Shanghaï et Pékin contre les mesures anti-COVID
information fournie par Reuters27/11/2022 à 15:22

Manifestation contre la limitation de la maladie à coronavirus (COVID-19) à Shanghaï

Manifestation contre la limitation de la maladie à coronavirus (COVID-19) à Shanghaï

par Brenda Goh

SHANGHAI (Reuters) - Des manifestations ont éclaté tôt dimanche matin à Shanghaï, alors que les habitants de nombreuses villes de Chine ont exprimé leur colère contre les longs confinements imposés par les autorités face au COVID-19.

De nombreux Chinois se sont insurgés contre les autorités après qu'un incendie a fait dix morts jeudi dans un immeuble résidentiel d'Urumqi, la capitale régionale du Xinjiang.

Alors que les autorités affirment que les occupants de l'immeuble avaient la possibilité de descendre par les escaliers, des vidéos montrant les efforts des pompiers partagées sur les réseaux sociaux chinois ont amené de nombreux utilisateurs à supposer que les habitants n'avaient pas eu le temps de fuir en raison du confinement en vigueur dans une partie du bâtiment.

La vague de désobéissance civile, qui s'est traduite par des manifestations dans des villes comme Pékin et Urumqi, où s'est produit l'incendie, est sans précédent en Chine continentale depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a dix ans.

A Shanghaï, des habitants se sont rassemblés samedi pour participer à une veillée, qui s'est transformée en manifestation aux premières heures de dimanche.

"Levez les confinements à Urumqi, levez les confinements dans le Xinjiang, levez les confinements dans toute la Chine!", pouvait-on entendre la foule crier dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Selon des témoins et des vidéos, de nombreuses personnes ont également crié: "A bas le Parti communiste chinois, à bas Xi Jinping, libérez Urumqi!"

Un grand nombre de policiers observait les manifestants, essayant parfois de les disperser.

La Chine est aux prises avec une résurgence de l'épidémie de COVID-19 ce qui a poussé les autorités à ordonner des confinements et d'autres restrictions, alors que Pékin applique une politique de "zéro COVID".

Les autorités du Xinjiang ont annoncé dimanche que les services de transport public reprendraient progressivement à partir de lundi à Urumqi. Un grand nombre de ses 4 millions d'habitants ont été soumis à des mesures de confinement parmi les plus longues de Chine.

Samedi, le secrétaire du Parti communiste du Xinjiang, Ma Xingrui, a appelé la région à renforcer le maintien de la sécurité et à mettre un frein au "rejet violent et illégal des mesures de prévention du COVID".

COLÈRE NATIONALE

Les prochaines semaines pourraient être les pires pour la Chine depuis le début de la pandémie pour l'économie et le système de santé, estime Mark Williams de Capital Economics dans une note la semaine dernière.

Dans la ville de Lanzhou, au nord-ouest du pays, des résidents ont renversé samedi des tentes destinées au personnel de santé et détruit des cabines de test, selon des messages sur les réseaux sociaux. Les manifestants ont déclaré qu'ils avaient été placés en quarantaine alors que personne n'avait été testé positif.

Des veillées pour les victimes d'Urumqi ont eu lieu dans des universités de villes comme Nanjing et Pékin.

POLITIQUE ZÉRO COVID

La Chine défend sa politique "zéro COVID" alors que la plupart des pays du monde ont levé la majorité des restrictions. Bien qu'ils soient bas par rapport aux normes mondiales, les cas de COVID-19 en Chine ont atteint des sommets depuis plusieurs jours, avec près de 40.000 nouvelles infections samedi.

L'économie chinoise a par ailleurs subi un large ralentissement en octobre, la production industrielle ayant augmenté plus lentement que prévu et les ventes au détail ayant baissé pour la première fois en cinq mois, soulignant l'affaiblissement de la demande nationale et internationale.

De plus, la Chine a annoncé dimanche que les entreprises industrielles ont vu leurs bénéfices baisser encore plus au cours de la période janvier-octobre, avec 22 des 41 principaux secteurs industriels de la Chine affichant un recul.

La deuxième plus grande économie du monde est également confrontée aux risques de récession mondiale et au ralentissement du secteur de l'immobilier.

(Avec la contribution de Martin Quin Pollard, Yew Lun Tian, Liz Lee à Pékin, rédigé par Tony Munroe; version française Camille Raynaud et Kate Entringer)

1 commentaire

  • 27 novembre16:20

    Les manifestations se tournent aussi contre le PC et contre le président Xi ainsi que pour la liberté. Rêvons un instant que décembre 2022 voit la dictature du PC chinois et la dictature de Poutine s'effondrer. La liberté avance avec les peuples comme la militarisation avance avec les dictatures.