Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Ce rythme-là pendant des mois ? Je ne vais pas tenir ! »
Le Point16/09/2020 à 06:59

Anne, 45 ans*, est infirmière scolaire dans un établissement privé allant de la maternelle au lycée qui compte 2 000 élèves. Elle y est le seul référent médical. Trois semaines après la rentrée, elle raconte les protocoles épuisants, les coups de fil incessants des parents, et les petits malins qui racontent quelques fois des cracks : « viens me chercher, maman, y'a un cas de Covid dans ma classe ».

« Dans mon infirmerie, depuis la rentrée, je vois passer 60 élèves par jour. Ce genre de défilé, on l'a parfois au moment des pics de grippe ou de gastro-entérites, mais c'est très ponctuel. Ce rythme-là pendant des mois, franchement, je ne sais pas comment je vais tenir... Sur les soixante élèves qui défilent quotidiennement, certains présentent de vrais symptômes, d'autres respirent mal avec leur masque et ont des maux de tête, et beaucoup me sont adressés d'office par leur enseignant au moindre nez qui coule. Il y a quand même une vraie psychose. Les profs stressent, alors ils envoient à tour de bras à l'infirmerie... Et après chaque élève, je dois tout désinfecter. Quant à mon thermomètre à infrarouges, en surchauffe, en général il rend l'âme en fin d'après midi. 

Lire aussi Comment la stratégie de traçage des cas contacts du Covid-19 prend l'eau

Aujourd'hui, j'ai appelé quinze parents

La règle, c'est qu'en cas de suspicion de Covid, fièvre ou toux, j'alerte les

... Lire la suite sur LePoint.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • homlib
    16 septembre09:27

    Ils nous bassinent avec leurs "nouveaux cas", en réalité, ce sont des gens immunisés qui ne sont ni contagieux et encore moins malades. Les gens bien portants ne devraient pas se faire dépister, c'est la porte ouverte aux faux positifs et à l'entretien de la terreur.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer