« Taux négatifs et monnaie papier : chronique d'une mort annoncée ? » (Amundi)

le , mis à jour à 17:34
81

Les taux négatifs semblent pousser les épargants à garder leur argent sous forme de billets dans certains pays, au détriment du financement de l'économie.
Les taux négatifs semblent pousser les épargants à garder leur argent sous forme de billets dans certains pays, au détriment du financement de l'économie.

Le débat sur l’avenir des pièces et billets refait surface en Europe dans un contexte où les moyens de paiement électroniques s’imposent de plus en plus dans les usages. Les taux négatifs pourraient également pousser les banques centrales, dont la BCE, à limiter l’existence des grosses coupures, explique Philippe Ithurbide, Directeur de la Recherche chez Amundi.

La suppression de la monnaie papier est un thème qui revient sur le devant de la scène, non seulement parce que cela permettrait de mieux lutter contre l’économie souterraine et contre le crime organisé, mais parce que cela permettrait également d’affranchir les banques centrales de tout plancher sur le niveau des taux d’intérêt.

En effet, le passage à des taux négatifs peut avoir une conséquence directe sur la détention de pièces et de billets de banques : les ménages peuvent être incités à ne plus déposer leur épargne dans les banques et à conserver l’argent liquide dans les bas de laine.

Non seulement cela a un impact sur la liquidité des banques, mais cela dessert également l’économie réelle et la croissance. Poussée à l’extrême, une politique de taux négatifs pourrait même être à l’origine d’une baisse de l’activité économique. Son rôle déflationniste pourrait être réel. Il s’agit là d’une des limites naturelles et évidentes de la politique de taux négatifs.

C’est pour cela que certains auteurs (K. Rogoff, ancien chef économiste du FMI, et W. Buiter ancien membre du comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre) préconisent la suppression des billets de banques. Impossible de stocker des billets s’ils n’existent plus et si les paiements deviennent exclusivement électroniques.

Cette mesure, extrême, signifierait cependant la disparition du droit de seigneuriage, un bénéfice actuel des États. La question est donc de savoir si la demande de billets de banque a changé depuis la crise financière et depuis la mise en place de politiques de taux d’intérêt ultra-bas, voire négatifs.

Que font les autres pays ?

Que se passe-t-il dans les pays à taux bas/négatifs ? S’il est difficile d’établir une règle unique, une tendance forte se dessine.

Si l’on se réfère aux données les plus récentes de la Banque Nationale Suisse, on voit bien la hausse de la demande de liquidité, et plus particulièrement la demande de grosses coupures : le nombre de billets de 1000 CHF ne cesse d’augmenter, et il a doublé depuis la crise financière.

Dans le cas de la zone euro, c’est moins net : les données fournies par la BCE indiquent néanmoins que la demande de coupures de 500 euros a progressé. En Suède, qui pratique également les taux négatifs, on observe plutôt un repli de la demande de grosses coupures. Autrement dit, il est difficile de trancher à ce stade.

Certains pays ont néanmoins entamé une politique de suppression de grosses coupures : la Fed a aboli le billet de 500 USD, tandis que Singapour retire graduellement sa coupure de 10000 SGD, qui n’est d’ores et déjà plus imprimée. D’autres se sont engagés dans la voie de la limitation des paiements en espèces : c’est notamment le cas de la France, où il n’est plus possible, depuis le 1er septembre 2015, de payer en liquide toute facture de plus de 1 000 euros (3 000 euros auparavant).

Plus extrême encore, la banque nationale danoise, qui a annoncé ne plus imprimer de nouveaux billets à partir de la fin 2016… et qui a également annoncé que bientôt les commerçants et restaurateurs danois ne seront plus obligés d’accepter les paiements en espèces…

Les politiques de taux négatifs, le commerce électronique, les nouveaux moyens de paiement et la volonté de lutter contre le blanchiment d’argent et le crime organisé vont-ils signer l’arrêt de mort de la monnaie papier ?

Philippe Ithurbide, Directeur Recherche, Stratégie et Analyse chez Amundi.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs il y a 11 mois

    par ailleurs, la suppression du liquide permettra des opérations type "banque chypriotes" au bon plaisir des Etats en faillites qui ont tous constitutionnalisé ce dispositif depuis début 2016 . C'est à dire les nôtres. Et cela arrivera beaucoup plus vite que l'on pense vu que les dettes souveraines continuent de gonfler allègrement dans tous les pays. Donc l'argent numérique n'a rien à voir avec des opérations "mains propres" et tout à voir avec des opérations "sauve qui peut les banques".

  • pascalcs il y a 11 mois

    faites_C: votre intervention n'est pas très claire. C'est précisément sur les comptes courants et les comptes d’épargne que s'appliquent les taux négatifs et leurs conséquences pour les épargnants. Ce qui se passe déjà dans les pays affectés par cette calamité sortie tout droit des cerveaux de nos ploutocrates de banquiers.

  • c.voyant il y a 11 mois

    Les taux négatifs signifie que le système est à bout de souffle, à l'agonie, ils jettent leurs dernières cartouches en supprimant la dernière liberté, mais çà ne changera pas l'inéluctable décadence d'un système corrompu jusqu'à l'os!

  • faites_c il y a 11 mois

    "En effet, le passage à des taux négatifs peut avoir une conséquence directe sur la détention de pièces et de billets de banques : les ménages peuvent être incités à ne plus déposer leur épargne dans les banques et à conserver l’argent liquide dans les bas de laine."!!! Complètement idiot! Je laisserai mon argent sur mon compte courant au lieu de le placer sur des produits à taux négatifs!

  • jmlhomme il y a 11 mois

    Ne revez pas... Les Etats ne veulent que vous ponctionnez. Les banques sont des "vassaux" les questeurs de la Rome antique. La monnaie d'aujourd'hui n'est que le resultats d'une planche à billet. Quelques centimes de valeur contre du vrai travail (pour vous) . Quand une loi n'est pas bonne il faut changer la loi. Quand un systeme n'est pas bon, il faut changer le systeme.

  • xavib il y a 11 mois

    L'argent liquide va disparaître en même temps que vos libertés... RESISTEZ !!!

  • xavib il y a 11 mois

    Achetez des pièces d'or et d'argent pour faire obstacle au vol insttitutionnel des banksters sur vos comptes bancaires !!!

  • kram123 il y a 11 mois

    en cas de faillite d'une banque commerciale privé (elles le sont toutes) c'est tout parti

  • kram123 il y a 11 mois

    la vraie monnaie ce sont les billets, ce que l'on voit sur notre compte ce sont des unites de comptes

  • aiki41 il y a 11 mois

    c'est une bonne idée.........pour les banques. Ainsi pour pouvoir utiliser son argent il nous faudra une carte que l'on paiera annuellement et peut-être qu'en suite les banques prélèveront qq % sur les achats réalisés. Déjà aujourd'hui, on vous oblige à déposer votre argent dans une banque (salaire), donc d'avoir un compte dont on nous fait payer la gestion (frais de gestion) ; vous êtes limiter dans vos retraits et parfois les banques peuvent vous faire payer des taxes pour utiliser vos sous !