Probabilité de ''Brexit'' : les événements du 16 juin changent la donne

le
70

Le Royaume-Uni reste sous le choc des événements survenus jeudi 16 juin.
Le Royaume-Uni reste sous le choc des événements survenus jeudi 16 juin.

Les débats sur la présence du Royaume-Uni au sein l’Union européenne restent suspendus ce vendredi suite au choc de l’assassinat de la député pro-européenne Jo Cox, survenu jeudi 16 juin. L’événement pourrait changer la donne sur l’issue du vote du 23 juin.

Au Royaume-Uni, l’heure est au recueillement vendredi 17 juin suite au décès de la député travailliste Jo Cox, blessée par balles puis décédée jeudi 16 juin. D’après un témoin, l’auteur de la tragédie, un homme aux motivations qui restent encore floues, se serait exclamé « Britain first » au moment de tirer, laissant clairement entrevoir la portée politique de cet acte, en pleine campagne britannique pour ou contre le « Brexit ».

La probabilité du « Brexit » diminue

Une chose est sûre : l’événement de jeudi ne joue pas en faveur du camp « pro-Brexit », désormais associé au désolant extrémisme de certains de ses défenseurs.

« Même si le scrutin se déroule comme prévu, ce qui devrait être le cas, les événements d'hier pourraient faire du tort à la campagne en faveur du Brexit », estime Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, cité par l’AFP.

Les indices des marchés actions, dont les évolutions ont été influencées toute la semaine par l’évolution des intentions de vote en faveur du Brexit, s’apaisaient vendredi avec l’anticipation d’une remontée du sentiment pro-européen au Royaume-Uni suite au choc provoqué par ces événements.

Sur les marchés actions, « Il est évident que le mouvement haussier est entièrement attribuable à la conviction que la tragédie d'hier a augmenté la possibilité que le camp du "maintien" exerce une forte influence lors du référendum de la semaine prochaine » résumait ainsi Ray Attrill, stratégiste chez National Australia Bank, cité par Bloomberg News et également repris par l’AFP.

Ce même sentiment se reflétait également vendredi dans les cotes des bookmakers, où la probabilité d’un vote en faveur du « maintien » du Royaume-Uni dans l’UE est remontée à 65% contre 59% la veille avant la survenue du tragique événement.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • terior le lundi 20 juin 2016 à 09:46

    brexit ? même pas peur

  • indyta le dimanche 19 juin 2016 à 15:01

    rien n est gravé dans le marbre, c est pour faire peuurr..

  • indyta le dimanche 19 juin 2016 à 15:00

    bon, une personne assassinée qui et le Monde change???bof...serait il si versatile..?

  • indyta le dimanche 19 juin 2016 à 14:59

    fascisme rose..et c est pas de moi, c est un intello de notre societe...

  • Pierusan le dimanche 19 juin 2016 à 13:15

    La sortie de l'UE, c'est comme la mort ; c'est définitif (...). Si le RU reste (dans l'UE) aujourd'hui, rien ne l'empêchera de sortir demain. La Suède, qui elle n'y est pas rentrée en 2003, peut toujours y adhérer, et à l'€, pourquoi pas.

  • wanda6 le dimanche 19 juin 2016 à 12:27

    "les événements du 16 juin changent la donne " comme en Suède en 2003 ? 4 jours avant le référendum suédois sur leur adhésion à, l'UE (ou le non est passé), Anna Lindh, qui était pour le "oui" était assassinée par un déséquilibré

  • vmcfb le dimanche 19 juin 2016 à 09:19

    Laissons les britanniques voter et décider sereinement. Nul besoin pour les français que de se mêler des affaires des autres, vu notre succès dans la gestion des nôtres..

  • monjohn le dimanche 19 juin 2016 à 09:11

    Même pas vrai, que du contraire:http://www.zerohedge.com/news/2016-06-17/first-brexit-poll-after-jo-cox-death-reveals-stunning-result

  • j.doury le samedi 18 juin 2016 à 19:11

    la propagande médiatique de ces derniers mois est nauséabonde. petit rappel quand même: " l'état d'urgence " accorde le contrôle des médias. CQFD

  • j.doury le samedi 18 juin 2016 à 19:08

    n'importe quoi. propagande même plus déguisée. on sent la panique que le brexit ferait subir à ces gens au pouvoir. cest une honte journalistique de produire un article comme celui-ci.