Premier test réussi pour le train du futur Hyperloop

le
0
    AU NORD DE LAS VEGAS, Nevada, 12 mai (Reuters) - Une 
prototype de la taille d'une voiture et à propulsion 
électromagnétique est parvenu à atteindre une vitesse de 160 km 
heure sur une très courte distance, lors d'un test effectué 
mercredi dans le désert du Nevada et qualifié de succès par 
l'entreprise de Los Angeles qui développe cette technologie, au 
coeur du train du futur, dite hyperloop. 
    Hyperloop One est l'une des entreprises qui travaille sur ce 
nouveau système de transport imaginé par Elon Musk, le fondateur 
du fabricant des voitures électriques Tesla  TSLA.O  et des 
fusées réutilisables SpaceX, qui doit permettre de propulser à 
près de 1.200 km/h des passagers ou du fret embarqués dans des 
navettes se déplaçant sur coussins d'air dans des tubes à basse 
pression. 
    Hyperloop One a déjà levé 80 millions de dollars auprès 
d'investisseurs comme le fonds d'investissement spécialisé dans 
les technologies propres Khosla Ventures, mais aussi GE Ventures 
ou encore la SNCF.  
    Brogan BamBrogan, un ex-ingénieur de Space X et co-fondateur 
de Hyperloop One, a qualifié le test d'étape décisive.  
    "Tester des développements technologiques peut s'avérer très 
délicat" a-t-il dit devant les quelques 300 personnes qui 
assistaient à cette première. "Vous ne savez jamais si les 
choses vont tourner comme vous le voulez, le jour donné." 
    Le prototype a atteint 160 km/h sur un rail à l'air libre 
par propulsion électromagnétique avant d'atterrir dans le sable. 
Des tubes dans lequels les navettes se dépaceront sont déjà 
visibles sur le site de test, situé à proximité de Las Vegas.  
    Le directeur général de Hyperloop One et ex-PDG de Cisco, 
Rob Lloyd, a pronostiqué que ce nouveau système de transport 
serait opérationnel pour le fret en 2019 et pour les passagers 
d'ici 2021. 
    Elon Musk avait fait sensation en affirmant qu'un hyperloop 
entre San Francisco et Los Angeles pourrait être construit pour 
6 milliards de dollars, soit un dixième du coût du projet de 
train à grande vitesse développé par l'Etat de Californie.  
    Les plus sceptiques ont fait observer que les nombreux défis 
à relever se traduiraient par des coûts certainement beaucoup 
plus élevés.  
    "L'hyperloop est peut-être prometteur mais il n'a pas encore 
fait ses preuves et n'est qu'une idée. Le train à grande vitesse 
est une technologie éprouvée, utilisée à travers le monde depuis 
des décennies", a dit de son côté Lisa Marie Alley, porte-parole 
de la California High Speed Rail Authority.  
     
 
 (Rory Carroll, Marc Joanny pour le service français, édité par 
Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant