« Pourquoi la bourse s'en prend aux banques ? » (Cercle des économistes)

le
19

Le secteur bancaire est mal-aimé des marchés depuis le début de l'année.
Le secteur bancaire est mal-aimé des marchés depuis le début de l'année.

Depuis le début de l’année, les banques européennes ont perdu environ un quart de leur valeur en bourse. Les banques françaises ont vu leurs actions fondre de 30%. Est-ce bien raisonnable ? L’économiste Jean-Paul Betbeze explique pourquoi cette tendance est, selon lui, étonnante.

Pas facile de comprendre pourquoi la bourse fait subir aux banques ces baisses. En 2008, on pouvait comprendre : c’était la Grande récession. En Espagne, en 2012, aussi : c’était la bulle immobilière. En Grèce, en 2015, bien sûr : c’était la bulle, et des comptes troubles dans des banques très fragiles, dans une économie en crise. Mais aujourd’hui, faire chuter des banques italiennes qui auraient bien plus de créances douteuses que prévu alors que le système de protection se met en place ? Penser que la Deutsche Bank va faire défaut sur des obligations ? Sanctionner la Société générale (qui vient d’annoncer des profits en hausse de 45 %) parce qu’elle ne peut jurer que la rentabilité de ses fonds propres atteindra 10 % en 2016… c’est un peu fort !

De fait la croissance est en train de faiblir, et ceci ne dit rien de bon pour les futurs profits bancaires. Les ralentissements pourraient conduire à des crédits compromis, puis à des pertes qui pousseraient à la récession. Mais aujourd'hui, ce n'est pas de récession qu'il s’agit aux États-Unis et en Europe. C'est d'une reprise modeste chez les premiers, et très lente – mais qui se poursuit – chez la seconde.

Partout les taux sont très bas, donc, sauf erreur d’octroi, les crédits compromis devraient être réduits. Aux États-Unis, la pente des taux est de 150 points de base, ce qui permet des marges. En zone euro, la pente est très plate et l’inflation nulle, ce qui oblige à faire plus attention que jamais aux crédits et à serrer les écrous sur la gestion.

Ensuite, la zone euro a une politique monétaire qui assure sans problème toute la liquidité nécessaire aux banques. A-t-on oublié ? Elle dispose d’une union bancaire, autrement dit de systèmes de tests et de surveillance, plus de systèmes d’aides. A-t-on oublié ?

Bien sûr le système bancaire va changer avec la nouvelle économie de la communication. De plus en plus de clients particuliers vont accéder à leurs banques par smartphone sans se rendre dans leur agence, ce qui est moins cher que des réseaux en dur. Des clients particuliers vont demander en direct des crédits, mais on pourra mieux les connaître et les suivre. Bien sûr il va y avoir plus de désintermédiation et de crowdfunding. Mais les banques achètent des fintechs et ouvrent leurs banques directes. Bien sûr, il va y avoir d’importantes secousses, notamment sociales, mais les banques le savent.

S’inquiéter tant des banques dans la période actuelle est surprenant. On pourrait plutôt s’inquiéter du fait qu’elles sont bridées et trop contrôlées, pas de l’inverse. On peut être surpris du fait que leur valorisation baisse encore, maintenant que leur levier a lui-même baissé depuis longtemps, que la pente des taux est aplatie et que la croissance est plus faible. Les banques savent que leurs ventes doivent être plus encadrées (MIFID II), leurs risques plus suivis, leurs règlements et leurs reportings plus serrés. Elles vivent une technologie omniprésente et une concurrence féroce. Donc il y aura des spécialisations et plus encore des concentrations, mais pas de drames – ils sont plutôt derrière.

La banque va se simplifier, se rapprocher des clients, fonctionner dans un monde moins intermédié. Il y aura des incubateurs et de nouveaux venus, entre banque et assurance, avec les télécommunications qui vont entrer dans le jeu, avec encore plus d’innovations. Mais les solder à ce point, est-ce dire qu’il en faut moins de meilleures, ou qu’il n’en faut plus du tout ? Les marchés devraient dire – s’ils savent !

Jean-Paul Betbèze

Jean-Paul Betbeze est membre du Cercle des économistes, président-fondateur de Betbeze Conseil SAS et Economic Advisor de Deloitte.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wanda6 il y a 10 mois

    Le chômage en Islande vient de tomber à 1,9%, alors qu’il avait dépassé les 10% au plus fort de la crise en 2008 « Nous n’aurions pas pu sortir de la crise si nous avions été membre de l’Union européenne». Le Premier ministre islandais http://geopolis.francetvinfo.fr/miracle-a-l-islandaise-a-reykjavik-le-taux-de-chomage-est-tombe-a-19-95935

  • wanda6 il y a 10 mois

    http://www.upr.fr/actualite/pourquoi-leuro-est-condamne http://russeurope.hypotheses.org/4701 http://russeurope.hypotheses.org/4714 http://russeurope.hypotheses.org/4720

  • piro1 il y a 10 mois

    " CA-cadavres cachés Grecs-Italiens-Portugais"n'importe quoi... aucun cadavres, surtout chez ACA ! les risques étaient provisionnés. Arrêtez de raconter n'importe quoi quand vous ne connaissez rien, merci.

  • piro1 il y a 10 mois

    "Terminées les années "vaches grasses" de nos banques"ben non... profits record en 2015

  • piro1 il y a 10 mois

    " comme les subprimes , ils avaient juré ne pas en posseder en europe , sinon tres peu . la suite on connait "oui on connait, c'était effectivement le cas pour les banques francaises... et elles ont pourtant été sanctionnées !

  • tchazard il y a 10 mois

    faudrait avoir leurs livres de comptes en vrai pour ne pas les sanctionner . comme les subprimes , ils avaient juré ne pas en posseder en europe , sinon tres peu . la suite on connait . il reste 1000 milliards dont personne ne sait où

  • titide12 il y a 10 mois

    à quoi sert le cercle des économistes ??De quoi vivez vous a part les piges dans les médias ????

  • fontayne il y a 10 mois

    Les marchés et les gouvernements veulent ils faire avec les banques ce qu'ils ont fait avec les labo pharmaceutiques? Qu'il n'y en ait plus en France ?

  • trebi il y a 10 mois

    Parce que elle est irrationnelle.

  • M7530382 il y a 10 mois

    et si c'etaient les banques qui s'en prenaient à elles memes ?