Marchés : 2017, remake de 1987 et du krach d'octobre ?

le
6

Pour Eric Mijot, économiste d'Amundi, les marchés américains sont arrivés en phase de bulle et risquent une déconvenue d'une vingtaine de pourcents.
Pour Eric Mijot, économiste d'Amundi, les marchés américains sont arrivés en phase de bulle et risquent une déconvenue d'une vingtaine de pourcents.

Dans une récente note de recherche, les économistes d’Amundi observent un certain nombre de similitudes entre l’actuelle situation des marchés boursiers américains et la situation qui prévalait en 1987 avant la survenue du « Lundi noir » du 19 octobre.

L’histoire est-elle vouée à se répéter ? Pour Eric Mijot, stratégiste et économiste chez Amundi, la situation dans laquelle se trouvent les marchés américains en 2017 ressemble à s’y méprendre à celle qui prévalait 30 ans plus tôt, en 1987, et qui s’était soldée par le célèbre krach du 19 octobre 1987 où le Dow Jones avait enregistré une chute de 22% en une seule séance.

La similarité entre les deux époques tient principalement au fait que les marchés actions américains continuent leur progression malgré des valorisations déjà très tendues, tout en faisant fi de la remontée des taux sur le marché obligataire, une situation a priori synonyme d’anomalie de marché puisque l’investissement en actions est traditionnellement soutenu par les taux faibles, et non l’inverse.

« Selon notre approche, le marché américain serait entré en bulle l’an passé » affirme ainsi Eric Mijot, se basant sur un indicateur de PER retraité des effets de l’inflation. « Cette situation s’est déjà produite en octobre 1987 et en décembre 1996 quand Alan Greenspan avait caractérisé la hausse des actions d’exubérance irrationnelle. Cette alerte ne doit donc pas nous laisser indifférents ».

Plusieurs similarités avec 1987

Eric Mijot relève également d’autres similarités boursières entre les années 1987 et 2017.

« Les marges des sociétés, qui avaient atteint un premier pic au troisième trimestre 2014 avant de faiblir, ont commencé à se reprendre de manière désormais assez nette. Ce schéma est le même que celui qui s’était produit lors du contre-choc pétrolier de 1986 qui avait abouti au krach de 1987. À l’époque les marges avaient rebondi sans atteindre le précédent pic. La récession est arrivée onze trimestres après le krach d’octobre 1987 et sept trimestres après le pic définitif des marges ».

 

Marchés : 2017, remake de 1987 et du krach d'octobre ?
Marchés : 2017, remake de 1987 et du krach d'octobre ?

De même, « Le marché américain continue de battre des records historiques alors que sa volatilité implicite a baissé (…). Remarquons en passant que cela avait déjà été le cas de février 1999 à octobre 2000 dans la dernière phase de la construction de la bulle ; scénario qui s’était également déjà produit avant le krach d’octobre 1987 ».

Une note de marché d’Aviva Investors France, diffusée en fin de semaine dernière, mentionne également qu’« A Wall Street, le Dow Jones a cumulé 12 records de clôture d'affilée en février [du 9 au 27 février], une série inédite depuis 1987 ».

Pour l’économiste d’Amundi, « L’enseignement à en tirer est clair : même si une récession américaine est un scénario qui a disparu du radar pour les deux prochaines années, cela ne signifie pas, tant s’en faut, que le marché des actions n’est pas risqué ».

En somme, « Les marchés d’actions [américains] recèleraient un espoir de gain de cinq à dix pourcents, mais les investisseurs désireux d’en profiter auront au-dessus d’eux une épée de Damoclès d’un choc d’une vingtaine de pourcents » résume l’équipe de Recherche économique d’Amundi.

Vers une chute des marchés en octobre 2017 ?

L’actuel optimisme boursier aux Etats-Unis reposerait donc sur un équilibre précaire et des fondamentaux fragiles. « La question devient alors : pour combien de temps ? » s’interroge Eric Mijot.

Pour répondre à cette question, l’économiste observe que « La construction des trois précédentes bulles (1987, 2000, 2007) avait duré 12, 14 et 18 mois. Si on prend en compte le point bas de février 2016, lorsque les marchés d’actions se sont repris un mois après le retournement des prix du pétrole, cela nous conduirait à évoquer trois dates en 2017 : février, mai et octobre ».

De fait, le krach n’est pas survenu en février 2017, les investisseurs ayant toujours le sentiment, le mois dernier, que la croissance des bénéfices d’entreprises aux Etats-Unis était devant eux.

« Le mois de mai pourrait être encore un peu trop juste car les discussions entre Donald Trump et le Congrès américain ne seront sans doute pas encore arrivées à terme, notamment en matière d’imposition, et les résultats des élections françaises pourraient même donner un coup de fouet aux actions » envisage l’économiste. « Mais il faut bien admettre que plus nous progresserons dans l’année, plus les risques d’un choc de marché grandiront et le chemin sera de plus en plus étroit ».

L’économiste s’inquiète donc pour la fin d’année : « Si les négociations avec le congrès tournent trop à l’avantage du programme initial de Donald Trump, l’effet inflationniste pourrait pousser les taux à des niveaux [éventuellement] supérieurs à 3% [et] faire éclater la bulle des actions », comme en 1987.

La situation est d’autant plus problématique que dans le scénario inverse, c’est-à-dire si les plans de relance de Donald Trump venaient à être contrecarrés par le Congrès, les marchés pourraient également connaître un douloureux réajustement : « Si l’impact de la relance déçoit, les profits espérés pourraient ne pas être au rendez-vous et les marchés pourraient être fortement déçus » termine l’économiste.

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • BIPBIP6 il y a 10 mois

    Après octobre le second risque sur l'année boursière pour un crash c'est avril ,et je crois que celui qui vient est le bon !

  • Taken il y a 10 mois

    Chute inévitable quand les grosses mains en auront marre de tout acheter et surtout ne pourront plus garder

  • d.jousse il y a 10 mois

    bonne analyse. exactement le scénario que j'ai programmé. Donc, à 5250, je vends tout.

  • jeprcvr il y a 10 mois

    M43:+ 1

  • M4358281 il y a 10 mois

    Non non ..baisse CAC à 4900..et remontée à 5200/5300 après les élections vu que Macron ou Fillon c'est bonnet blanc et blanc bonnet

  • flexmoul il y a 10 mois

    Très intéressant. Donc on met de STOPs et on se gave de GOLD en attendant la victoire triomphale de MARINE