Marché baissier : ''Encore 6 mois, au minimum'' (Cercle des analystes indépendants)

le , mis à jour à 14:27
14

Pour Eric Galiègue, les marchés devraient rester sous pression jusqu'à la fin de l'année 2016.
Pour Eric Galiègue, les marchés devraient rester sous pression jusqu'à la fin de l'année 2016.

La chute des indices boursiers due au « Brexit » s’inscrit dans le cadre de la tendance baissière engagée depuis août 2015 affirme Eric Galiègue du Cercle des analystes indépendants. Ce dernier estime que cette phase de baisse des marchés devrait se poursuivre jusqu’en début d’année 2017.

Voilà déjà presqu’un an que nous subissons un marché baissier. Un marché baissier, selon nous, c’est tout simplement un indice qui cote en dessous de sa moyenne mobile un an. Celui que nous vivons actuellement a commencé le 24 aout 2015.  Cette situation n’est pas habituelle  car, normalement, un marché d’actions est fait pour monter. Il monte car il suit la croissance de l’activité et des résultats  d’entreprises.

Evolution du CAC40 depuis un an, avec tracé des moyennes mobiles 3 mois  et 1 an . Source : Factset et Valquant.
Evolution du CAC40 depuis un an, avec tracé des moyennes mobiles 3 mois (orange) et 1 an (jaune). Source : Factset et Valquant.

Ce marché baissier est le huitième depuis 1980. Combien de temps va-t-il durer et jusqu’où peut-il nous conduire ? Nous reprenons les résultats d’une étude réalisée en octobre dernier, qui conserve toute son actualité.

La durée des marchés baissiers au cours des 36 dernières années a été variable. Le marché baissier, mesuré du plus haut au plus bas,  a duré 7 mois en 1981, 9 mois en 1987, 10 mois en 1990, celui de 1994 a duré 22 mois, celui de 2000-2003, 33 mois, celui de 2007-2008, 23 mois, celui de 2011, 9 mois. Ces sept marchés baissiers connus au cours des 36 dernières années ont donc eu une durée moyenne de 16 mois. Si on applique cette durée au cycle actuel, il pourrait se terminer vers le début de l’année 2017.

Jusqu’où le CAC 40 pourrait-il baisser ? On peut considérer qu’il y a deux types de marchés baissiers; ceux qui s’arrêtent à -30% et ceux qui s’arrêtent à -60% (du point haut au point bas). Les corrections baissières de 60% ont été subies au cours du marché baissier de 200-2002 et de 2008-2009.

Evolution du CAC40 depuis sa création et mise en exergue des phases de marché baissières. Source : Facts
Evolution du CAC40 depuis sa création et mise en exergue des phases de marché baissières. Source : Factset et Valquant.

Si on veut d’une manière naïve appliquer la durée moyenne et l’intensité moyenne des 7 marchés baissiers précédents, à l’actuel marché baissier, le CAC 40 devrait toucher le fonds au début de l’année 2017, à 3500-3700 points. Ce niveau minimum de 3500 points environ induit des ratios d’évaluation cohérents avec les moyennes des bas de cycle précédents.

Pour quelle raison subit-on ce marché baissier ? La raison essentielle est selon nous l’inéluctable panne de croissance qui touche la plupart des grands pays. Cette panne de croissance a des causes structurelles multiples bien connues : démographie, pression actionnariale trop forte, accélération de la désindustrialisation, impact sur l’emploi de la révolution numérique. Le risque déflationniste associé est redoutable et bien connu : si les prix se mettent à baisser, les flux futurs qui servent à évaluer les entreprises sont naturellement affectés. La valeur des actions s’effondre.

La panne de croissance touche aussi les pays émergents : c’est la dévaluation du yuan chinois, en aout dernier, qui a en quelque sorte mis le feu aux poudres. Cette baisse du taux de change, c’est finalement la volonté de la Chine d’aller chercher à l’extérieur la croissance qu’elle juge insuffisante.

Nous considérons que le marché baissier va continuer tout au long du second semestre 2016. Avant d’initier un nouveau marché haussier qui pourrait débuter en 2017, il faut impérativement :

- Clarifier les conditions du Brexit et le mettre en œuvre : le pire, c’est ce que nous vivons actuellement, à savoir une situation de totale incertitude ;

- Mettre en place un plan de sauvetage des banques italiennes, tel que voulu par Mateo Renzi ;

- Laisser passer les élections américaines et la possible accession au pouvoir de Donald Trump ;

- Achever l’actuel cycle de révision en baisse des bénéfices, qui est particulièrement virulent ;

- Valider la stabilisation à un niveau acceptable des prix des matières premières, et notamment du pétrole au-delà de 50$ le baril, tant pour les consommateurs que pour la Chine et les émergents associés.

Cela fait beaucoup d’éléments négatifs à « purger » avant d’envisager une phase haussière. Le marché baissier n’est pas fini, et la plus grande prudence s’impose toujours pour les portefeuilles.

Eric Galiègue

Eric Galiegue est président de VALQUANT et du Cercle des Analystes Indépendants. Le Cercle des analystes indépendants est une association constituée entre une douzaine de bureaux indépendants à l'initiative de Valquant, la société d’analyse financière présidée par Eric Galiègue, pour promouvoir l'analyse indépendante.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ml101029 il y a 18 heures

    Toujours à contre courant cet Eric Galiegue. Heureusement pour moi que j'ai fait exactement l'inverse de sa pseudo analyse...

  • jmlhomme il y a 5 mois

    Ecrire une echelle logarithmique.... mais l'évoquer quand elle n'est pas logarithmique du tout.... c'est beaucoup plus grave que l'orthographe.

  • 18973MC8 il y a 5 mois

    Le point de vue de Monsieur Eric Galiègue a l'avantage évident de pouvoir être défendu...comme son contraire !Plus intéressante restera l'action éventuelle de l'AMF en réaction à une éventuelle logique managériale différente des fonds gérés au regard des affirmations publiées aujourd’hui.

  • stochast il y a 5 mois

    Et d'ailleurs, un soi-disant scientifique qui est INCAPABLE d'écrire "logarithmique", ça fait SUPER CREDIBLE !!!! MONSIEUR GALIEGUE, JE METS UN ZERO POINTE A VOTRE COPIE !!!!!!!

  • stochast il y a 5 mois

    Si on part du postulat qu'une phase de baisse ne peut s'arrêter que quand on arrive à -30%,, FORCEMENT, ON A TOUT FAUX. C'est bien beau de marquer sur le graphique toutes les phases baissières de plus de 30% mais il est TOTALEMENT MALHONNETE d'ignorer totalement les autres. Et ça se dit indépendant...

  • guerber3 il y a 5 mois

    Il n' y a plus de marchés, il n' y a que la dette, illimitée : nourriture des banksters...!

  • talobre il y a 5 mois

    s il le dit les 4600 points ne sont pas loin

  • M2537254 il y a 5 mois

    @M638341, le fste100 fait 75% de son chiffre d'affaire à l'international il est donc moins affecté par la baisse. Je vous invite à prendre l'indice FTSE 250 pour avoir une meuilleure représentation du marché intérieur anglais

  • jmlhomme il y a 5 mois

    non l'echelle n'est pas logarythmique..... les explications sont toutes aussi peu pertinentes. Il faudrait peut être un peu travailler ou vous mettre en vacances.

  • jeanick il y a 5 mois

    Eric Galiegue toujours à contre-sens du marché!!