Malgré la crise, les marchés émergents recèlent encore des pépites (Gemway Assets)

le
0

La chute des marchés chinois n'enlève rien aux qualités de certaines sociétés cotées sur les marchés émergents, explique Gemway Assets.
La chute des marchés chinois n'enlève rien aux qualités de certaines sociétés cotées sur les marchés émergents, explique Gemway Assets.

Comme en 2015, l’année 2016 s’annonce mouvementée pour les marchés émergents. Les soubresauts de la bourse chinoise n’inspirent pas confiance. Pourtant, certaines valeurs mal connues en France restent solides, explique la société de gestion Gemway Assets.

Face à la panique des derniers jours sur le marché chinois, Gemway Assets garde la tête froide et attend patiemment la fin de l’orage. Confiante dans ses choix de long terme, la société considère qu’il faut simplement trier le bon grain de l’ivraie sur les marchés émergents. Les opportunités subsistent, même si les risques sont évidents sur certains secteurs.

Risques réels, mais exagérations fréquentes

Les investisseurs se sont de nouveau inquiétés en début d’année de la chute de la bourse chinoise et de la dépréciation du yuan. Il est vrai que les risques macroéconomiques sont réapparus dans le monde émergent au cours des derniers mois, reconnaît Gemway Assets.

La société identifie quatre principaux risques au sein des pays émergents : la hausse des taux américains, le poids des dettes, les impacts de la chute du prix des matières premières et le ralentissement chinois auquel s’associe la dévaluation potentielle du yuan.

Les récentes inquiétudes autour de la dévaluation de la monnaie chinoise seraient pourtant largement exagérées par les opérateurs de marché. Depuis l’été dernier, le yuan n’a perdu que 5% de sa valeur face au dollar. Surtout, la devise chinoise est restée plutôt « stable contre un panier de monnaies » remarque Gemway Assets, alors que c’est surtout le dollar qui s’est apprécié face aux autres monnaies mondiales au cours des derniers mois.

De manière plus prudente, la société de gestion constate néanmoins d’importantes sorties de capitaux hors de Chine depuis l’été dernier. Les autorités chinoises ont été obligées d’intervenir et les réserves de change du pays sont ainsi passées de 4.000 milliards de dollars à 3.400 milliards de dollars en l’espace de quelques mois.

Chine : la visibilité reste bonne sur certaines valeurs

Pourtant, tout n’est pas à jeter sur les marchés chinois. En Chine, la santé est « typiquement un secteur de croissance pérenne résistant bien aux chocs » explique Gemway Assets, alors que ce secteur apparaît comme le « grand bénéficiaire des réformes étatiques et du développement de l’assurance maladie » dans le pays. À ce facteur s’ajoute le « vieillissement de la population » en Chine, favorisant le développement du secteur de la santé.

Pour cette raison, la société de gestion mise sur des valeurs pharmaceutiques chinoises comme CSPC, CMS et Jiangsu Hengrui Medicine Co. Ltd au sein de son fonds phare, GemEquity.

Gemway Assets affiche également ses convictions vis-à-vis des valeurs de nouvelles technologies. Tencent, l’équivalent chinois de Facebook, fait ainsi partie des valeurs favorites de la société de gestion, tout comme Baidu, équivalent partiel de Google, qui font partie de GemEquity.

D’autres grandes valeurs chinoises font également partie des choix de la société, comme Ping An Insurance (assurance), JD.com (commerce en ligne) ou China Mobile (télécom). Au global, le fonds GemEquity est exposé à hauteur de 30% aux marchés chinois.

À noter, à contrario, les avis négatifs de Gemway Assets sur certaines grandes capitalisations liées au marché chinois, comme Bank of China (finance) ou Alibaba (commerce en ligne), cette dernière étant cotée à New York depuis 2014.

Asie et émergents : entre forts risques et belles opportunités

Concernant les autres marchés émergents, la société de gestion s’affiche clairement prudente sur certains pays, mais optimiste sur d’autres. Encore une fois, il faut savoir trier le bon grain de l’ivraie.

La société de gestion fuit pour le moment  le Brésil, dont la conjoncture économique se dégrade nettement avec « un chômage en hausse, des revenus réels en berne et une inflation toujours forte ». Le pays fait face à une nette accélération de son déficit public, engendrant une pression à la hausse sur ses taux d’emprunt alors que la croissance « est au plus bas », remarque la société de gestion.

La Corée du Sud est en revanche un choix privilégié par la société de gestion. Le fonds Gemway Equity est ainsi investi à 9% en actions coréennes, notamment à travers Samsung Electronics.

L’Inde, en phase d’accélération économique avec une croissance annuelle d’environ 7%, est également un choix privilégié par la société de gestion, qui consacre 14% des actifs de son fonds à ce pays. L’investissement en Inde serait d’autant plus intéressant que le pays bénéficie encore de « marges de manœuvre pour une politique monétaire plus accommodante ». Maruti Suzuki constitue la principale conviction de Gemway Assets dans le pays.

Elargissant son spectre d’analyse à des pays dont on parle moins sur les marchés, Gemway Assets note que le Mexique bénéficie de « fondamentaux solides » grâce à un « peso sous-évalué ». L’investissement en Turquie est quant à lui soumis à « de nombreuses incertitudes », notamment politiques et monétaires. En Afrique du Sud, la société de gestion est « prudente sur les mines et l’économie domestique », préférant « les valeurs internationales sud-africaines ».

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant