Les marchés décrochent avec le ralentissement inattendu des services américains

le , mis à jour à 17:42
2

Les marchés européens, déjà dans le rouge vif en matinée, ont accentué leur baisse à 15h45.
Les marchés européens, déjà dans le rouge vif en matinée, ont accentué leur baisse à 15h45.

Mercredi 24 février à 15h45, l’indice d’activité PMI des services américains publié par Markit est ressorti à 49,8 points pour le mois de février, largement inférieur aux prévisions des analystes.

Sous 50 points, l’indice traduit un ralentissement de l’activité dans le vaste secteur des services, qui s’oppose traditionnellement au secteur industriel. Cette chute est particulièrement inattendue alors que cet indicateur américain se maintenait au-dessus de 53 points de manière régulière depuis exactement deux ans.

Cette mauvaise nouvelle vient relancer les doutes sur la conjoncture économique américaine et les perspectives de croissance du pays de l'oncle Sam pour l’année 2016. Les indicateurs d’activité de l’industrie américaine s’étaient déjà largement dégradés en fin d’année dernière et en janvier, et le dynamisme du secteur des services était jusqu’alors perçu comme la principale raison de relativiser ces craintes.

« Ce résultat est pour le moins inquiétant, venant notamment s’ajouter à une flopée d’autres signaux négatifs récents : frilosité des dépenses des ménages sur fond de ralentissement des créations d’emploi, repli de la confiance des ménages, médiocrité des dépenses d’équipement, essoufflement immobilier », commente l'économiste indépendante Véronique Riches-Flores, réputée pour ses alertes répétées vis-à-vis de la conjoncture économique mondiale.

À ceci s'est ajouté, à 16h, une statistique décevante sur les ventes de logements neufs aux Etats-Unis, en baisse de 9,2% en janvier par rapport au mois de décembre, alors que la baisse attendue par le consensus des analystes n'était que de 4,4%.

Pour parachever les mauvaises nouvelles, à 16h30, les stocks hebdomadaires de pétrole brut américains sont de nouveau ressortis en hausse de 3,5 millions de barils, un chiffre conforme aux prévisions mais qui rappelle, une fois de plus, que l'offre de pétrole reste supérieure à la demande mondiale. Le sujet du pétrole avait déjà entraîné les marchés européens à la baisse en matinée.

Lire l'article : Les marchés rechutent avec le pétrole et l'industrie lourde

À 17h, le WTI américain pour livraison au mois d'avril perdait toujours 2,54% à 31,06 dollars/baril, même si le Brent réduisait ses pertes à -0,45% (33,12 dollars/baril) selon les données de Bloomberg qui diffèrent de celles de Boursorama. Boursorama affiche les prix du pétrole pour une échéance de livraison en mars, alors que les données de Bloomberg font référence et sont celles suivies par les professionnels des marchés.

Le CAC40 a clôturé à 17h35 en baisse de 1,96% à 4.155 points. Le Dax allemand a pour sa part perdu 2,64%.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3051518 il y a 9 mois

    Cette interface n'apporte RIEN !!!Et en plus les pages ne s'affichent plus au bout de quelques minutes !!!Des dépenses pour rien !!! :((((

  • M1628016 il y a 9 mois

    Le monde de la dette commence à prendre l'eau , les minières gold explosent à la hausse , c'est sur rififi quand on est N.. (vu le niveau de vos comment) on vient pas jouer dans la cour des grands. Personne n'oblige les PPs à venir en bourse Arrêtez de geindre svp.