Les marchés actions voteraient-ils pour Hillary ou Donald ?

le
0

Les marchés actions voteraient-ils pour Hillary ou Donald ? s'interroge Paul Jackson (Source).
Les marchés actions voteraient-ils pour Hillary ou Donald ? s'interroge Paul Jackson (Source).

À en croire les données historiques, les investisseurs sur les marchés actions pourraient préférer une victoire d’Hillary Clinton face à Donald Trump lors des prochaines élections présidentielles américaines soulève Paul Jackson, Directeur de la recherche économique chez Source.

Au moment où les campagnes en vue du référendum du 23 juin sur le Brexit entrent dans la dernière ligne droite, il semblerait qu’un léger revirement de tendance se soit opéré en faveur du camp pour le maintien du Royaume-Uni dans l’UE. Pendant ce temps-là, la course présidentielle aux États-Unis s’intensifie, et, supposons que Clinton soit bel et bien confirmée comme la candidate démocrate face à Trump le 8 novembre prochain, les sondages indiquent que l’écart en faveur de Hillary Clinton s’est réduit (et que même Bernie Sanders ferait mieux).

Comme leurs programmes respectifs ne nous permettent pas d’analyser quel serait l’impact économique de cette élection présidentielle, nous nous sommes référés à l’histoire afin de savoir quel serait le candidat préféré des actions américaines. Selon nos données qui remontent à 1853, les marchés actions ont mieux performé quand un Président démocrate est à la Maison Blanche (5.1% sur une base annuelle contre 3.1% pour le camp adverse).

Le Congrès américain a, bien sûr, son mot à dire, et il est vrai que les marchés performent mieux lorsque le Président peut compter sur le soutien d’un Congrès où sa propre formation est majoritaire. Élément intéressant, par contre, les meilleures performances en Bourse ont été réalisées quand le Président est confronté à un Congrès hostile mais faible (c’est le cas notamment de Ronald Reagan et Bill Clinton).

Les sondages d’opinion laissent supposer que le parti Républicain dominera toujours le Congrès suite aux élections mais légèrement affaibli par rapport à aujourd’hui (le Sénat risque d’être divisé et donc leur majorité à la Chambre réduite). Cet élément, sans compter le fait que le milieu des affaires semble être en faveur de Clinton, nous fait penser que les performances des marchés actions seraient meilleures si Hillary devenait la première Présidente américaine.

Quel que soit le vainqueur aux urnes, le prochain occupant de la Maison Blanche sera confronté à une tâche ardue en ce qui concerne les performances de la Bourse : les valorisations actuelles ont été souvent associées à des rendements négatifs à moyen-terme, et nous gardons notre préférence pour d’autres régions géographiques non-US.

Paul Jackson, Directeur de la recherche chez Source

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant