Le pétrole chute sous les 30 dollars le baril et pèse encore sur les marchés

le
20

Le pétrole ne semble avoir aucun mal à faire sauter le seuil prsychologique des 30 diollars le baril.
Le pétrole ne semble avoir aucun mal à faire sauter le seuil prsychologique des 30 diollars le baril.

Les prix du baril rechutaient nettement vendredi matin, le Brent et le WTI repassant sous les 30 dollars en perdant 3 à 4% de leur valeur. Face à cette rechute, les indices européens sont une fois de plus repartis dans le rouge.

Les jours se suivent et se ressemblent. Le CAC40 perdait 1,27% vendredi 15 janvier à 10h50, affecté par une énième rechute du pétrole, au lendemain d’une séance particulièrement difficile où l’indice phare de la place parisienne avait déjà perdu 1,8%.

Ailleurs en Europe, le Dax allemand perdait 0,97% à la même heure, tandis que le FTSE 100 perdait 1,13%.

À l’origine de cette rechute des indices se trouve une fois de plus la chute du pétrole. En effet, les prix de l’or noir ne cessent de se contracter depuis le début de la nuit sur les places asiatiques, connaissant une accélération notable vers 9h50, correspondant à un mouvement de baisse sensible sur les indices boursiers européens.

À 10h50, le baril de Brent de Mer du Nord perdait 3,5%, à 29,9 dollars, alors que le WTI américain perdait pour sa part 5,1% à la même heure, à 29,7 dollars le baril. Peu de nouvelles notables venaient expliquer l’ampleur de ce mouvement vendredi, en-dehors de l’éternel sentiment de surabondance de l’offre face aux perspectives de la demande.

Le seuil des 30 dollars le baril a donc de nouveau été franchi à la baisse, tout comme la veille où les prix étaient très brièvement passés sous les 30 dollars avant de rebondir. La facilité avec laquelle les prix parviennent à franchir à la baisse ce seuil psychologique relance les éternels doutes sur la capacité des prix du pétrole à se stabiliser autour des niveaux actuels.

Certains éléments venant de Chine ont par ailleurs encore déçu les attentes des analystes au cours de la nuit. Les nouveaux prêts bancaires contractés au mois de décembre en Chine ont représenté 597 milliards de yuans, contre 700 milliards attendus et 703 milliards au cours du mois précédent. Les nouveaux prêts bancaires représentaient encore 1.480 milliards de yuans en juillet dernier. Cette statistique est néanmoins très volatile d’un mois sur l’autre, et la signification de cette baisse tendancielle doit a priori être relativisée.

Les marchés chinois, que l’on sait très erratiques, n’ont pas bien digéré cette statistique. Le CSI 300, indice phare des grandes valeurs chinoises, a perdu 3,19% vendredi à 3.118 points. L’indice de la bourse de Shanghai a pour sa part perdu 3,55% à 2.900 points, après une séance de petit rebond jeudi.

Le poids de la Chine étant important sur la dynamique de la demande de pétrole mondiale, le maintien des doutes sur l’économie de l’Empire du Milieu favorise typiquement la rechute des prix du pétrole.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dgui2 le dimanche 17 jan 2016 à 11:58

    @Cidem (suite) : Et vous proposez de subventionner les producteurs de schiste pour continuer à produire A PERTE avec, pour conséquence la plus évidente, de faire encore BAISSER LE COURS. Bien, bien ……..Ensuite, vous STOPPEZ VOTRE PRODUCTION pour faire remonter le cours ? Et l’ARABIE SAOUDITE en profite alors pour vendre son pétrole à un cours bonifié. Pas pensé à ça ? C’est bête, hein ?

  • dgui2 le dimanche 17 jan 2016 à 11:54

    Cidem, vous oubliez juste l’essentiel. L’ARABIE SAOUDITE et quelques autres (IRAN, IRAK, Emirats…) disposent de réserves abondante dont LE COUT D’EXPLOITATION est INFERIEUR à 5 $ / baril….. Dans ces conditions, leur production est encore largement RENTABLE à l’inverse de producteurs de schiste US (et autres).

  • frk987 le samedi 16 jan 2016 à 11:00

    Je n'ai jamais vu un vendeur de salades au marché vendre à perte, il ne se déplace même plus, ce qui semble logique. Mais bientôt on va vendre le baril à un prix négatif, ça amuse qui ??????? comme les taux négatifs de la BCE....on vit dans un monde fous à lier.

  • NYU78978 le samedi 16 jan 2016 à 04:59

    Ok : la chute trop brutale du pétrole a un effet récessif sur la demande, avec arrêt des investissements dans le secteur ; mais d'un autre côté, ça déplace pas mal d'argent de producteurs qui épargnaient massivement pour le réinjecter à des consommateurs, dont le taux d'épargne est moindre. Dans un contexte d'insuffisance de demande mondiale, qui crée la dépression, ça, c'est vraiment une bonne nouvelle.

  • dupon666 le vendredi 15 jan 2016 à 15:08

    mdrrr...le baltic dry a 383

  • duran107 le vendredi 15 jan 2016 à 14:07

    Raidgig.... faut m'expliquer en quoi le pétrole à 30 dollars le baril c'est bon pour l'économie . celle du Vénezuala ? celle du Brésil ? même pas pour nous ... je fais 10000 KM par an !!!!!! donc ..............

  • faites_c le vendredi 15 jan 2016 à 13:58

    Tant que les régulateurs n'interdiront pas la spéculation en utilisant les outils adéquats (interdiction de vente à découvert en particulier), on continuera à assister à ce genre de baisse! Aucune information économique n'a été publiée et malgré tout le brut baisse de 5%. S'il n'y a pas prise de position de spéculateurs et autres hedge funds, que l'on m'explique comment un actif peut autant baisser sans aucun changement de la demande et/ou de l'offre!

  • Berg690 le vendredi 15 jan 2016 à 12:25

    Demain c'est dans 10ans?

  • cidem le vendredi 15 jan 2016 à 12:12

    raidgig, avec des prix qui tombent aussi bas (par les même spéculateurs qui l'ont mis à 150$) vous pouvez être sure que ce sera une base pour une prochaine bulle qui ira + haut que 150$. Renseignez vous. Les champs de petrole facilement exploitable pour pas cher ne couvriront pas la demande. Les autre champs coutent très cher à exploiter. A 30$, vous créez la pénurie de demain.

  • raidgig le vendredi 15 jan 2016 à 12:02

    schilanski nous prédisait un baril à 300 DOLLARS preuve et que tous ses p...... d analystes ne savent rien de plusque les autres! et que les cours sont dirigés par de simples avis d analystes !