Le Cercle Cyclope s'attend à une poursuite de la baisse des matières premières en 2016

le , mis à jour à 18:40
8

Les spécialistes français des matières premières (Cercle Cyclope) s'attendent à une poursuite globale de la baisse des prix des matières premières cette année malgré l'actuelle accalmie des marchés.
Les spécialistes français des matières premières (Cercle Cyclope) s'attendent à une poursuite globale de la baisse des prix des matières premières cette année malgré l'actuelle accalmie des marchés.

Le Cercle Cyclope a publié mardi 24 mai son rapport annuel sur l’évolution du marché mondial des matières premières. Très attendu comme chaque année, le rapport contredit certains préjugés sur les causes de la chute des prix des matières premières en 2015, et réfléchit aux perspectives de ce secteur pour l’année 2016.

Des chutes spectaculaires dans tous les domaines en 2015

Le rapport Cyclope 2016 revient en détails sur les difficultés du marché des matières premières enregistrées au cours de l’année passée.

Presque toutes les matières premières ont connu une évolution négative de leur prix de marché en 2015, exprimé en dollars. Les chutes s’échelonnent de -5% pour la viande de bœuf américaine à -46/-47% pour le pétrole, en passant par une baisse des prix de la laine (-5%), de la pâte à papier (-7%), de l’or (-8%), du riz (-11%), du coton (-15%), du café (-20%), de l’acier (-25%) ou encore du gaz naturel (-30 à -40%).

Seuls le cacao (+2%) et la potasse (+3%) ont tiré leur épingle du jeu en parvenant à voir leur prix augmenter l’an passé.

Attention à la subtilité des effets de change !

Le rapport Cyclope soulève néanmoins une subtilité : l’année 2015 a aussi été une année d’appréciation significative du dollar face aux autres monnaies mondiales.

« Le dollar s’est apprécié de quelque 15% en 2015 (en moyenne) contre les devises de pays producteurs comme le real brésilien, le rouble russe ou le peso argentin, mais aussi contre l’euro ou le yuan » mentionne le rapport.

« Il est clair que nombre de pays producteurs n’ont eu d’autres solutions que de laisser "filer" leur monnaie pour donner quelque respiration à leurs secteurs primaires, voire secondaires. Exprimés en reals ou en roubles, les prix agricoles sont ainsi en hausse ! » expliquent les auteurs.

Le dollar ayant gagné 13% face à l’euro au cours de l’année 2015, le prix de l’or, par exemple, en baisse de 8% en dollars, reste ainsi en hausse sur l’année 2015 s’il est exprimé en euros.

La Chine n’est pas la raison de la chute des prix

Même en tenant compte des effets de change, la tendance des prix sur les matières premières est restée largement négative en 2015. Or, contrairement à ce qui a pu être dit l’an dernier, les craintes autour du ralentissement chinois n’ont pas été à l’origine de la chute des prix, explique le rapport.

« Nombre d’analyses hâtives ont lié la débâcle sur les marchés des commodités à la "crise" chinoise et en tout cas au ralentissement de la croissance de l’Empire du Milieu. (…) Certes, des produits comme le cuivre, le nickel et même le minerai de fer en ont particulièrement souffert. Mais la Chine n’a pas pour autant diminué ses importations ni probablement sa consommation, même s’il est difficile de faire la part entre les besoins réels et le stockage ».

Le lien souvent tracé entre la crise chinoise et la chute du pétrole serait particulièrement faux : « Les importations [chinoises] de pétrole brut, tout comme celles de graines de soja, ont augmenté de près de 10% » en 2015, soulèvent les auteurs. En somme, « Attribuer ainsi la seule responsabilité de la débâcle des prix des commodités à la Chine est non seulement exagéré, mais erroné ».

Le rapport reconnaît cependant que l’effet de la crise chinoise, sans avoir de rôle fondamental dans la chute des prix de toutes les matières premières, a néanmoins « largement amplifié un mouvement qui, à certains moments, a été proche de la panique ».

Les producteurs de matières premières ont joué un jeu dangereux

Pour les auteurs du rapport Cyclope, l’élément déterminant de la chute des prix des matières premières en 2015 a surtout été « le comportement des producteurs ».

« Pour nombre de produits, les producteurs ont poursuivi en 2015 des stratégies de défense, voire de conquête de parts de marché débouchant sur de véritables guerres commerciales. Cela a été au premier chef le cas du pétrole avec la volonté affichée par l’Arabie Saoudite de jouer les volumes dans l’espoir de "sortir" du marché les pétroles de schiste américains. L’incapacité de l’OPEP de parvenir même à un semblant d’accord sur les quotas a fait le reste ».

Les auteurs du rapport poursuivent : « Le cas du pétrole n’est pas unique. Que dire en effet de l’attitude des mineurs de fer, notamment australiens, qui ont continué à augmenter leurs productions alors que la demande chinoise commençait à plafonner ? Il en est de même pour l’aluminium ».

Peu de producteurs ont réagi à la chute des prix en réduisant leur production pour éviter les surplus d’offre. « Il y a eu certes en 2015 quelques annonces de réduction de capacités de production, notamment en ce qui concerne les métaux non ferreux, mais celles-ci ont été en général insuffisantes ou trop tardives alors même qu’arrivaient en production nombre d’investissements décidés entre 2005 et 2010 », observe le rapport.

Les denrées alimentaires ont également subi des excès d’offre, pour d’autres raisons : « Dans le domaine agricole, les conditions [météorologiques] furent optimales malgré les menaces évoquées dès le printemps d’un nouvel épisode El Niño ». [Ainsi], les récoltes ont en général atteint en 2015 des niveaux record ».

« Quel plancher en 2016 ? »

Le sentiment de marché a pourtant beaucoup évolué par rapport à l’année dernière. Depuis plusieurs mois, les matières premières enregistrent un confortable rebond, à l’image des prix du pétrole. Mais pour les auteurs du rapport Cyclope, la baisse des prix devrait se poursuivre en 2016.

« La question existentielle de 2016 est la suivante : quand les prix vont-ils toucher leur niveau plancher et quels seront-ils alors ? » s’interrogent les auteurs du rapport. « La réponse à ces questions tient à la fois de données objectives en termes de coût de production, mais aussi d’éléments beaucoup plus subjectifs fondés sur les anticipations des producteurs eux-mêmes ».

Le Cercle Cyclope publie ainsi ses prévisions détaillées d’évolution des prix pour chaque matière première sur l’ensemble de l’année 2016.

Seuls le coton, le cacao, le riz (+8%) et le sucre (+12%) sont globalement attendus en hausse en 2016. L’ensemble des autres matières premières restent attendu en baisse, notamment l’or (-5%), le cuivre (-9%), le maïs (-16%), le pétrole (-16% pour le WTI, -25% pour le Brent !), l’argent (-17%) ou encore le minerai de fer (-28%).

Ces prévisions sont nettement plus basses que les évolutions déjà enregistrées depuis le début de l’année et traduisent l’attente d’une poursuite de la baisse des prix des matières premières dans le courant de l’année de la part des membres du Cercle Cyclope. On notera notamment la prévision d’une poursuite de la baisse des prix du pétrole, malgré leur fort rebond depuis le début de l’année 2016.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • hervegai il y a 12 mois

    Le cercle Cyclope est composé de borgnes qui ne voient que partiellement les questions et font des prédictions systématiquement démenties. Nous pouvons donc tabler sur une probable hausse des matières premières...

  • Jermaup il y a 12 mois

    Rapport du cercle cyclope ? choix de nom maladroit ; par définition un œil unique ne permet pas une bonne perception des reliefs ...

  • dcabon il y a 12 mois

    Après le cercle des indépendants qui ne sait que tourner en rond. Un autre cercle. Lui il est carrément borgne !! Mon Dieu, Mon Dieu, débarrassez-moi de ces charlatans !

  • 445566ZM il y a 12 mois

    BLa-blatage habituel. Il y a des aspects plus importants actuellement. Si la France n'arrive pas à réduire la menace malfaisant de la CGT, l'économie française ne s'en sortira jamais.

  • fbillere il y a 12 mois

    Mouais.. pas trop en phase avec cela.. cela me rappelle un dernier rapport prédisant la poursuite de la baisse du dollar...

  • Spineur il y a 12 mois

    Et cet oeil se trouve derrière la tête !!

  • M8842851 il y a 12 mois

    Curieux : Bakersteel Global Precious Metals A2 EUR a prit 100% depuis 01.2016 mais peut-être est-il temps de vendre en effet..?!

  • patloos il y a 12 mois

    oui mais il voit que d un oeil