Le « Brexit » fait souffrir la livre sterling

le , mis à jour à 18:05
11

La livre sterling perdait presque 2% face au dollar lundi, affectée par l'évolution du risque d'un éventuel ''Brexit''.
La livre sterling perdait presque 2% face au dollar lundi, affectée par l'évolution du risque d'un éventuel ''Brexit''.

Malgré l’accord décroché vendredi soir à Bruxelles par David Cameron, éloignant le risque d’un « Brexit » en juin, le maire de Londres Boris Johnson a quant à lui déclaré qu’il ferait campagne en faveur du « Brexit ». Réveil difficile pour la livre sterling lundi 22 février sur le marché des changes.

Vendredi soir, un accord a été trouvé à Bruxelles pour faire bénéficier au Royaume-Uni d’un « statut spécial » au sein de l’Union Européenne, notamment en ce qui concerne sa participation financière au budget européen et à l’ouverture de ses frontières aux migrants.

Grâce à cet accord, le Premier ministre David Cameron a promis de faire campagne en faveur du « oui » lors du référendum à venir sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l’UE. Ce référendum, dont la tenue était encore incertaine la semaine dernière, a été confirmé samedi après l’accord trouvé la veille, et fixé à la date du 23 juin prochain.

Dans la foulée, le maire de Londres Boris Johnson s’est illustré en annonçant qu’il ferait pour sa part campagne en faveur du « non » au maintien du Royaume-Uni dans l'UE, allant à l’encontre de la ligne du Premier Ministre dont il est pourtant proche.

Aux yeux de nombreux commentateurs, le choix de Boris Johnson semble être un calcul politique pour se démarquer de David Cameron au sein du parti conservateur. Cette démarcation lui permettrait de préparer sa ligne politique pour les prochaines élections législatives.

Surtout, en donnant dès à présent sa voix en faveur du « Brexit », le maire de Londres donne un soutien de poids au camp des eurosceptiques, jusqu’ici dominé par des voix relativement marginales, comme celle de Nigel Farage, chef du parti anti-européen Ukip.

La Livre sterling sous pression

La confirmation de la tenue du référendum le 23 juin, et surtout le soutien de Boris Johnson au scénario d’un « Brexit », ont provoqué une baisse significative de la livre sterling face au dollar lundi sur le marché des changes.

Au cours de la séance, la livre sterling a perdu 1,7% de sa valeur face à la monnaie américaine, s’échangeant à 1,41 USD pour 1 GBP. Ce mouvement ne fait qu’accentuer une tendance de fond déjà à l’œuvre depuis près d’un an et demi, la livre sterling atteignant en août 2014 la parité de 1,7 USD pour 1 GBP.

Evolution du cours de la livre sterling face au dollar sur les sept derniers mois. Source : Boursorama.
Evolution du cours de la livre sterling face au dollar sur les sept derniers mois. Source : Boursorama.

La sortie du pays de l’UE est en effet un sujet de craintes sur les marchés financiers, les conséquences d’une telle éventualité étant difficiles à prévoir, notamment en ce qui concerne la réaction des chefs d’entreprise parfois habitués au cadre européen pour la négociation de leurs contrats, et qui pourraient peu apprécier un changement de cadre juridique.

Plusieurs entreprises britanniques ont ainsi déjà menacé de délocaliser leur siège social sur le continent en cas de sortie du pays de l’UE.

La spéculation contre la monnaie britannique accompagne ce relatif mouvement de défiance, bien que monétairement, une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne ne changerait rien, le pays n’ayant évidemment pas adopté l’euro et ayant une politique monétaire déjà plus proche de celle de la Fed américaine que de la BCE depuis plusieurs années.

Lundi, les marchés actions britanniques ont tout de même terminé en hausse, mais avec une ampleur plus modérée que celle des autres places européennes. Le FTSE 100 a gagné 1,10% alors que le CAC40 et le Dax allemand ont terminé la séance sur des hausses respectives de 1,79% et 1,98%.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • europe47 il y a 10 mois

    Merci à Boris Johnson ! Enfin un responsable politique anglais qui se comporte comme un responsable politique français, prêt à ruiner son pays pour ne pas renoncer à ses idées de génie. Il y a du Taubira chez cet homme là ! Cette fois-ci, nous avons une réelle chance voir les anglais, passagers clandestins du train européen depuis Margaret Thatcher rentrer chez eux. Good new pour la place financière de Paris !

  • M8464055 il y a 10 mois

    @tchazars Savez-vous que, pour les fonctionnaires européens, la durée du travail est de 40 heures par semaine au minimum et que l'âge de la retraite est à 66 ans maintenant ? A côté, les Français avec leurs 35 h et la retraite à 62,5 ans ne se foulent pas...

  • M4358281 il y a 10 mois

    leur référendum de Juin prochain va nous mettre le souk dans nos fonds !

  • JPANTO il y a 10 mois

    Formidable. Quel bonheur, les français moyens vont pouvoir enfin passer des vacances "low cost" en Angleterre afin de déguster leur savoureuse gastronomie .... sous un ciel toujours bleu d'azur.

  • tchazard il y a 10 mois

    pour des europeistes europhiles sous ordres d'eurocrates qui se sont protegés par vote l 'immunité judiciaire à vie , quelle arrogance contre les anglais ...!!!

  • jrc12 il y a 10 mois

    Voilà on y arrive...tout est fait pour que la GB reste dans l'UE...après les propos de Cameron qui visent à dramatiser le référendum, voilà que le marché (banques, institutionnels, fonds etc...) vont "attaquer" la livre histoire d'apeurer un peu plus l'opinion britannique et d'influencer le vote vers un oui majoritaire...tout ou presque est écrit depuis le début de cette "aventure"

  • vmcfb il y a 10 mois

    C'est surtout l'évolution USD/EUR qui est intéressante pour nous. Si cela se passe mal, on verra cette année le record, cad 0,85 dollar pour un euro..

  • doussine il y a 10 mois

    82554976 vous pouvez developer ou bien arreter de sortir des phrases automatiques ?

  • rraclot il y a 10 mois

    C'est l'euro qui soutenait la livre... Enfin pas de soucis pour eux ils ont toujours le dollar.. Faut pas manger à tous les râteliers !!

  • 82554976 il y a 10 mois

    Dans la foulée l'europexit : rien ne fonctionne avec l'équipe de bras cassés de la commission méprisant les citoyens européens