La France est à contre-courant de l'UE sur le front du chômage

le
12

Le chômage en Europe (octobre 2015).
Le chômage en Europe (octobre 2015).

Sur le front du chômage européen, le constat est globalement positif : les pays du Vieux continent ont très majoritairement vu leur taux de chômage baisser entre octobre 2014 et octobre 2015 selon les données d’Eurostat publiées mardi 1er décembre.

Le taux de chômage global de la zone euro (19 Etats-membres) s’est ainsi établi à 10,7% en octobre 2015, contre 11,5% un an auparavant. Au sein de l’ensemble de l’Union européenne (28 membres), le chômage concernait 9,3% de la population active en octobre dernier contre 10,1% en octobre 2014.

Eurostat commente : « Parmi les États membres, les taux de chômage les plus faibles en octobre 2015 ont été enregistrés en Allemagne (4,5%), en République tchèque (4,7%) ainsi qu’à Malte (5,1%), et les plus élevés en Grèce (24,6 % en août 2015) et en Espagne (21,6%) ».

L’institut de statistiques poursuit : « Sur un an, le taux de chômage en octobre 2015 a baissé dans vingt-quatre États membres et a augmenté dans quatre autres. Les baisses les plus marquées ont été observées en Espagne (de 23,9% à 21,6%), en Slovaquie (de 12,7% à 10,7%), en Irlande (de 10,7% à 8,9%) ainsi qu’en Croatie (de 17,6% à 15,8%). Les hausses ont quant à elles été enregistrées en Finlande (de 9,0% à 9,5%), en France (de 10,5% à 10,8%), en Belgique (de 8,6% à 8,7%) et en Roumanie (de 6,7% à 6,8%) ».

Espagne sur la bonne voie, Finlande en proie à l'austérité

La bonne nouvelle est que les pays ayant vu leur taux de chômage grimper en flèche ces dernières années assistent désormais à nette une résorption de ce phénomène. Si la baisse du chômage en Espagne n’est pas une nouveauté, la baisse du chômage en Grèce est en revanche un phénomène récent. Attention néanmoins : la baisse du chômage en Grèce d’août 2014 à août 2015 (les données étant décalées) pourrait être remise en cause par la nouvelle cure d’austérité difficilement négociée au cours de l’été avec les créanciers du pays.

La France arrive pour sa part à l’avant-dernière place de l’Union européenne en termes d’évolution du marché de l’emploi. Ces mauvais chiffres ont été confirmés par le ministère du Travail jeudi dernier, avec l’annonce de 42.000 chômeurs supplémentaires en France au mois d’octobre (+0,7% par rapport à septembre).

La dernière place de la Finlande en termes d’évolution de l’emploi peut paraître surprenante, alors qu’il est courant de prendre en exemple les pays nordiques pour illustrer une gestion idéale des grandes questions sociales. L’économie finlandaise est pourtant très loin d’être rose, alors que le pays s’approche d’une quatrième année consécutive de récession et que les manifestations anti-austérité se sont multipliées au cours des derniers mois dans le pays.

Au total, Eurostat estime qu’« en octobre 2015, 22,497 millions d’hommes et de femmes étaient au chômage dans l’UE28, dont 17,240 millions dans la zone euro (…). Comparé à octobre 2014, le chômage a baissé de 1,942 million de personnes dans l’UE28 et de 1,302 million dans la zone euro ».

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl le mardi 1 déc 2015 à 17:48

    Mais cela n'a aucun impact sur les derniers sondages ! + 20

  • gacher le mardi 1 déc 2015 à 17:17

    Hollande a fait une priorité du taux de chômage. Il est donc le seul à réussir à le faire monter, alors que les autres ont choisi de réduire les dépenses. Il se présente également comme le champion de la guerre, Centrafrique, Mali, et maintenant Syrie, ou il joue les grands chefs, alors que la France ne représente que 5 % des frappes sur EI. On a le champion toutes catégories de la bêtise, il a même détrôné Sarko, qui avait déjà la couronne. On peut mettre LRPS dans le même panier.

  • M999141 le mardi 1 déc 2015 à 17:09

    Aux urnes citoyens

  • MIKE3000 le mardi 1 déc 2015 à 17:03

    Mis à part le mariage goy ...

  • remimar3 le mardi 1 déc 2015 à 16:58

    La guerre ce n'était pas cela que les français voulaient. Ils voulaient des emplois et plus de croissance.Zéro pointé pour tout cela ! Sans compter les réformes inutiles dont les français se fichaient, sauf peut-être certaines minorités au lobbying efficace. Ils ont fait cela avec notre argent, honte à eux.

  • olive84 le mardi 1 déc 2015 à 16:51

    mouais reste à savoir si la manière de calculer ces taux sont bien comparables...

  • mlemonn4 le mardi 1 déc 2015 à 16:51

    S'il n'y avait que sur le front du chomage, malheureusement, c'est là le grand problème français avec notre caste technocratique dirigeante qui confisque, sous prétexte de l'action publique, toute l'énergie et richesse créatrice du secteur privé et finit par spolier l'ensemble des français des bénéfices qu'ils devraient tirer de leur sacrifices; les français sont an après an, les grands perdants systématiques des politiques qui n'ont aucun résultat tangible, sauf la hausse des impôts et taxes !

  • j.barbe6 le mardi 1 déc 2015 à 16:51

    Programme du PS dans la réalité b:On augmente les taxes et les fonctionnaires.Le privé s'appauvrit et vit dans la précarité et le chômage.

  • boudet le mardi 1 déc 2015 à 16:48

    D'où l'idée qu'il faudrait inverser les commandes de la machines et surtout ne pas vouloir faire mieux que les autres comme veut le faire Jésus de Tulle depuis 2012.

  • chmey671 le mardi 1 déc 2015 à 16:44

    oui mais nos amis socialistes trouveront toutes les bonnes explications pour dire qu'ils n'y sont pas pour grand chose....