"La BCE doit élargir son QE à d'autres classes d'actifs, sans augmenter les montants" (Carlton Sélection)

le , mis à jour à 12:32
4

L’efficacité du plan d’achat d’actifs (QE) de la BCE est bien relative. Augmenter les montants mensuels ne permettrait pas de renforcer le crédit en zone euro. Mario Draghi devrait en revanche se résoudre à acheter des créances privées, explique Daniel Gérino (Carlton Sélection).

La BCE devrait annoncer jeudi 3 écembre en milieu de journée de nouvelles mesures de relance monétaire en zone euro.
La BCE devrait annoncer jeudi 3 écembre en milieu de journée de nouvelles mesures de relance monétaire en zone euro.

L’action des banques centrales pour soutenir la conjoncture reste indispensable. Injecter de la liquidité n’est pas en soi une idée mauvaise mais l’efficacité de ce type de mesures laisse cependant à désirer.

Nous attendons de la BCE qu’elle abaisse éventuellement son taux de dépôt et qu’elle accepte de prolonger son programme d’achat d’actifs (QE) au-delà de septembre 2016 pour rassurer le marché. En revanche, il nous paraît inutile d’augmenter la quantité de papier achetée chaque mois (60 milliards d’euros) car la transmission à l’économie réelle n’est pas optimale.

Des milliards d’euros supplémentaires n’irrigueraient pas forcément les entreprises. En achetant des titres souverains, la BCE ne finance pas l’activité des entreprises et maintient les taux d’emprunts des Etats à des niveaux artificiellement bas. Cette action ne permet de relancer ni la production de crédit, ni l’inflation.

En demandant aux banques davantage de fonds propres pour prévenir la prochaine crise systémique (Bâle III), les régulateurs, animés des meilleures intentions du monde, pénalisent la distribution de crédit aux entreprises qui en ont vraiment besoin. Par conséquent, il serait plus judicieux que la BCE achète directement des créances privées (ABS etc.).

Les biens d’équipement en fonctionnement dans la zone euro accusent aujourd’hui 8,5 années d’ancienneté, un indicateur qui prouve la nécessité pour les entreprises de donner un coup d’accélérateur sur l’investissement. Savez-vous que l’investissement ne représente que 0,4% du PIB de la zone euro ? Un montant beaucoup trop faible et qui devrait être porté à 1%. Un sursaut européen est indispensable.

La réduction de la dette, si nécessaire qu’elle soit, ne doit pas se faire au détriment de l’investissement. Aujourd’hui, la dette globale des Etats de la zone euro se refinance à 1,90% en taux embarqué, contre 3.60% en 2000. A ce titre, l’attitude inflexible des Allemands n’a pas servi les intérêts économiques de l’Europe. S’accrocher à l’objectif d’un déficit en deçà des 3% peut s’apparenter à un dogme non justifié au regard des réalités économiques. 

L’inflation viendra du rebond des matières premières, pas de l’action des banques centrales

La politique monétaire ultra-accommodante des banques centrales n’a pas fait repartir l’inflation alors que les matières premières ont atteint des niveaux de prix historiquement bas. Ceux-ci vont se reprendre et l’inflation pourrait atteindre 3% d’ici trois ans. Ce n’est pas l’action de la BCE qui permettra de faire repartir l’inflation mais la hausse des prix des matières premières en vue.

Dans le même temps, la Fed n’a pas intérêt à remonter les taux même si Janet Yellen est cette fois quasi-obligée de passer à l’acte pour crédibiliser son discours. Pourtant, une hausse continue des taux va encore accentuer celle du dollar alors que l’économie américaine présente déjà un déficit commercial de 600 milliards de dollars. Un dollar trop haut pourrait s’avérer fatal aux exportations américaines et casser leur dynamique de croissance alors qu’une remontée de l’euro vers 1,20 dollar ne changerait pas fondamentalement la donne pour les entreprises européennes.

La hausse du billet vert constitue un vrai préjudice pour les pays émergents dont une part importante de leurs dettes est libellée en dollars. Un relèvement des taux directeurs américains pourrait très vite précipiter une nouvelle chute des devises émergentes.

Si une hausse de 0,25% est déjà anticipée par le marché, il va falloir que Janet Yellen se montre extrêmement prudente dans ses propos. Elle devra préciser clairement, lors de la réunion du 17 décembre, qu’elle ne les relèvera à l’avenir que si la robustesse de l’économie américaine le justifie vraiment. L’exercice d’équilibriste s’annonce délicat pour ne pas effrayer les marchés.

Daniel Gérino, Président et Directeur de la gestion de Carlton Sélection.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2286010 le jeudi 3 déc 2015 à 11:43

    Tous ces experts internautes nous seraient bien utiles à la B.C.E. !!

  • mxnagg le jeudi 3 déc 2015 à 11:37

    Evidement il faut que la BCE paye les Stock options des Dirigeant de Stes qui Arrose les Politiques, Entre Potes faut se rendre service

  • jmlhomme le jeudi 3 déc 2015 à 11:12

    je pense que celui qui signe de tels propos ne sait pas ce qu'est un groupe industriel ou de services. C'est un simple financier du "Vide".... faire de la monnaie sans contrepartie.... comme c'est facile. Il fait comme ses confrères .... A chacun d'apprécier... Ses recommandations restent moins betes que d'autres. Faut il s'en contenter?

  • SM7 le jeudi 3 déc 2015 à 10:45

    Oui ! QE illimité et tout azimut. Open bar en quelque sorte.