L'OCDE abaisse ses perspectives de croissance mondiale

le
0

Perspectives de croissance 2015 selon l'OCDE.
Perspectives de croissance 2015 selon l'OCDE.

Lundi 9 novembre, l’OCDE a abaissé ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016. L’institution reste confiante pour 2017. La question centrale reste toujours la même : quel va être l’impact du ralentissement chinois mis en exergue cet été ?

La croissance mondiale pourrait finalement être de seulement 2,9% cette année, contre 3,0% prévu en septembre. Pour 2016, l’OCDE abaisse également ses perspectives : la croissance devrait atteindre 3,3% selon l’institution, contre 3,6% attendu précédemment. La croissance 2017 devrait quant à elle atteindre 3,6%.

On notera que malgré l’abaissement des perspectives, l’institution s’attend avec optimisme à une accélération de la croissance dans les prochaines années, loin de l’idée d’un ralentissement global de l’économie au cours des prochaines années.

Au cœur des interrogations : la Chine

Les interrogations sur la Chine, et notamment sur le commerce extérieur chinois, restent au cœur de l’abaissement des perspectives de croissance mondiale.

« La modération de la croissance des importations en Chine est un élément clé pour la ralentissement des échanges », affirme en effet l’institution. « Un rééquilibrage est en cours en Chine, mais son rythme est incertain ».

L’OCDE attend une décélération régulière de la croissance chinoise, attendue à 6,8% cette année, 6,5% l’an prochain et 6,2% en 2017. On notera que l’OCDE reprend globalement les chiffres officiels des autorités chinoises sur la croissance du pays (+6,9% en rythme annuel affichés au dernier trimestre), malgré les nombreux doutes émis cet été sur la véracité de ces statistiques.

Relire à ce sujet : Peut-on connaître la véritable croissance de la Chine ? (Aurel BGC)

À noter également que tout en reprenant les chiffres chinois pour 2015, l’OCDE se détache ensuite des perspectives officielles. Le dernier plénum du parti communiste chinois a en effet confirmé que le pays parviendrait à tenir un rythme de croissance de 6,5% par an en moyenne jusqu’en 2020. L’OCDE semble moins optimiste si l’on s’en tient aux perspectives de croissance inférieures à 6,5% dès 2017.

L'autre pays impactant négativement les prévisions mondiales est le Brésil, désormais attendu en récession de 3,1% cette année, puis 1,2% l'an prochain, contre -2,8% et -0,7% attendus en septembre dernier. Les perspectives du Brésil se dégradent régulièrement.

Europe : reprise progressive

En Europe, les perspectives évoluent peu. L’institution affiche toujours sa confiance dans les capacités du Vieux continent à rebondir grâce au soutien monétaire de la BCE.

En France, les perspectives pour 2015 sont équivalentes à celles de la Commission européenne, avec une croissance attendue à 1,1%. La croissance française est ensuite attendue à 1,4% en 2016 et 1,6% en 2017, un rythme très légèrement inférieur aux estimations de la Commission européenne (qui attend 1,7% en 2017).

L’Espagne et le Royaume-Uni devraient avoir tiré la croissance européenne cette année, avec une croissance respective de 3,2% et 2,4%. L’Allemagne devrait rester à 1,5% de croissance cette année selon l’OCDE, un chiffre inférieur à celui attendu par la Commission européenne (1,7%). L’OCDE semble donner davantage d’importance que la Commission européenne à l’exposition de l’Allemagne vis-à-vis du commerce chinois en ralentissement.

L’OCDE est en tout cas consciente que la croissance ne va pas revenir d’elle-même en Europe, et appelle les pays du Vieux continent à « re-dynamiser les réformes structurelles, notamment dans le secteur financier et les services connectés ».

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant