Eolien-La fusion Siemens-Gamesa menace des contrats français-sce

le
1
    * Siemens pas intéressé par la technologie offshore 
d'Areva-sces 
    * Préfère construire dans ses usines les turbines pour la 
France 
    * La France pourrait annuler pour près de 6 mds de 
contrats-sce 
    * Discussions sur l'avenir de la JV entre Areva et 
Gamesa-sources 
 
 (Actualisé avec déclarations supplémentaires) 
    par Geert De Clercq 
    PARIS, 18 mars (Reuters) - La fusion prévue des activités 
éoliennes de Gamesa  GAM.MC  et de Siemens  SIEGn.DE  n'inclura 
pas la technologie de turbines d'Areva  AREVA.PA , partenaire du 
groupe espagnol, ni le projet de construire une usine de 
turbines en France, a appris Reuters de deux sources proches du 
dossier. 
    Gamesa et Siemens ont fait savoir en janvier qu'ils 
discutaient d'un rapprochement qui donnerait naissance à un 
nouveau numéro un mondial de l'éolien mais le projet est freiné 
par les engagements français pris dans le cadre de la 
coentreprise Adwen créée dans l'éolien offshore entre Gamesa et 
Areva.    
    Adwen fait partie de deux consortiums pour des parcs éoliens 
au large des côtes françaises, un de 1.000 mégawatts avec Engie 
 ENGIE.PA  et un de 500 MW avec Iberdrola  IBE.MC . 
    L'Etat français a attribué ces contrats au-dessus des prix 
du marché à la condition qu'Areva développe sa nouvelle 
génération de turbine de 8MW et la construise en France, avec 
l'idée de doper l'industrie éolienne dans le pays. 
    "Siemens n'a pas besoin de la technologie d'Areva, il 
développe ses propres grosses turbines", a dit une source.  
    L'autre source a déclaré que Siemens, leader du marché 
offshore en Europe, ne pouvait construire une usine en France 
juste pour deux contrats. 
    Comme les contrats accordés par l'Etat français, dont la 
valeur combinée atteint près de 6 milliards d'euros, ont été 
conditionnés à la construction d'une usine en France, le 
gouvernement pourrait les annuler, a ajouté une des sources. 
    "C'est la seule arme dont le gouvernement dispose", a-t-elle 
dit. 
    Le président du directoire de Siemens Joe Kaeser, qui a 
rencontré lundi à Paris le ministre de l'Economie et de 
l'Industrie Emmanuel Macron, s'est refusé à tout commentaire sur 
le projet avec Gamesa lors d'une conférence téléphonique 
vendredi. 
    Areva, Gamesa et Engie se sont refusés à tout commentaire. 
    Selon une des sources, Siemens discute actuellement avec le 
gouvernement français pour examiner dans quelles conditions les 
contrats offshore d'Adwen pourraient être maintenus. 
    Selon les deux sources, des discussions sont aussi en cours 
avec General Electric  GE.N , Mitsubishi Heavy Industries 
 7011.T  et Mitsui  8031.T  à propos d'une éventuelle vente de 
tout ou partie d'Adwen.   
    Au début mars, une porte-parole d'Areva avait indiqué que le 
groupe était "particulièrement vigilant à protéger les intérêts 
de (ses) clients et au maintien des engagements pris au sein de 
la filière éolienne française".   
 
 (Avec Hans Seidenstuecker à Francfort, Jose Elias Rodríguez à 
Madrid, Dominique Rodriguez pour le service français, édité par 
Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 82554976 il y a 10 mois

    Encore un fiasco pour Areva !! Quelle tristesse