Des tensions apparaissent sur les taux souverains en Europe

le
1

La France emprunte de nouveau à plus de 1% pour une échéance de 10 ans sur les marchés. Elle empruntait à presque 0% l’été dernier. Ailleurs en Europe, les taux remontent encore plus vite et s’éloignent des taux de référence allemands. Faut-il s’attendre à une poursuite de cette tendance ?

Des tensions apparaissent sur les taux souverains en Europe
Des tensions apparaissent sur les taux souverains en Europe

La BCE serait-elle en train de perdre le contrôle du marché des taux ? Malgré les achats toujours massifs d’obligations souveraines de la part de la Banque Centrale Européenne, les taux longs des obligations souveraines européennes poursuivent leur remontée depuis le début de l’année.

L’OAT 10 ans au-dessus de 1%, le 10 ans portugais au-dessus de 4%.

Le taux de l’OAT française à 10 ans s’est ainsi installé au-dessus de 1% (1,05% mardi 31 janvier), s’éloignant des taux du Bund allemand à 10 ans allemand dont le taux se situe à 0,45%. Pour rappel, en juillet dernier, le taux à 10 ans français était tombé à 0,10% tandis que le Bund à 10 ans allemand avait atteint -0,20%.

« Les taux remontent et les spreads se creusent » observe Andy Bussaglia, associé-gérant chez Family Patrimoine. L’écart entre les taux français et allemand, 60 points de base, est en effet au plus haut depuis presque trois ans, ceci n’étant pas étranger aux craintes qu’ont certains investisseurs sur les prochaines élections françaises.

C’est sans parler du taux à 10 ans portugais, qui est repassé au-dessus de 4%, dépassant le niveau qu’il avait atteint le 11 février 2016 lors du pic de stress des marchés sur fond de craintes macroéconomiques majeures. En mars 2015, le taux à 10 ans portugais était de seulement 1,56%.

Même tendance pour le taux italien à 10 ans, qui atteint 2,32% alors qu’il n’était que de 1,04% en août dernier. Le taux à 10 ans espagnol, à 1,63%, fait presque figure de valeur-refuge au sein des pays d’Europe du Sud, n’ayant pas encore re-dépassé ses niveaux du début d’année 2016 grâce à des statistiques de croissance économique robustes en Espagne permettant de rassurer les investisseurs.

Prise de conscience d’une remontée de l’inflation

Le mouvement de hausse des taux s’est accéléré lundi 30 janvier avec la publication de la dernière statistique d’inflation en Allemagne, ressortie à +1,9% sur 12 mois. Ce niveau élevé est sans commune mesure avec les statistiques des années 2015-2016, où l’inflation allemande, comme partout en zone euro, était proche de 0%.

À noter que dans ce contexte, avec un taux nominal de 0,45%, le taux réel (déflaté) des obligations allemandes à 10 ans reste en réalité négatif à -1,45%.

« On voit vraiment l’inflation revenir en Allemagne. Bien sûr, il y a un effet de base important dû à l’évolution des prix du pétrole », qui apparaissent désormais en hausse sur un an, « mais on voit aussi que la hausse des prix vient de la hausse des loyers et de la hausse de l’alimentaire », explique Andy Bussaglia.

« Lorsque l’on entend par ailleurs les déclarations de Sabine Lautenschläger et Jens Weidmann, membres du directoire de la BCE, qui ont évoqué lundi que le plan de "quantitative easing" prendra fin un jour ou l’autre, même si cette fin doit être graduelle, cela modifie les anticipations des investisseurs » souligne l’associé-gérant de Family Patrimoine. « Le marché a un temps d’avance et anticipe déjà la fin ».

Comment réagir face à la hausse des taux ?

Depuis la fin 2016, plusieurs gérants obligataires insistaient sur ce risque de remontée des taux. Certains d’entre eux étaient passés au sein de leurs fonds en « duration négative », désignant le fait de vendre à découvert des obligations ou d’acheter des produits dérivés reproduisant un effet semblable.

Commentant les solutions alternatives qui peuvent s’offrir aux gérants comme aux particuliers, Andy Bussaglia souligne l’existence du fonds Elan Oblig Bear géré par Rothschild AM. « Le fonds est vendeur de taux longs sur l’OAT et le Bund via des contrats futures, ce qui permet aux investisseurs de bénéficier d’une hausse des taux » explique-t-il.

Néanmoins, « Après un effet de remontée des taux comme celui-là, on se demande si ce type de fonds reste à privilégier, d’autant plus que malgré l’effet Trump, les perspectives d’amélioration de la croissance économique restent à confirmer ».

Tant que la croissance ne repart pas de manière plus nette en Europe, les perspectives de hausse d’inflation restent en effet réduites.

« On est dans un environnement où les dettes publiques restent élevées, et où on voit mal comment des taux beaucoup plus élevés seraient soutenables. Si les taux venaient à monter davantage, il faudrait s’attendre à une nouvelle intervention de la BCE pour les maintenir bas. Le mouvement de hausse des taux devrait donc avoir du mal à se poursuivre » conclut-il.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • moinesol il y a 12 mois

    sauf que l'inflation allemande n'est pas l'inflation européenne. et que si l'inflation allemande est proche de la normalité elle en reste encore inférieure à la cible de la BCE et que les salaires dans de nombreux pays hors pétrole l'inflation est encore bien basse. La BCE applique une moyenne. Il est peut être temps de profiter de la fenêtre actuelle en envisageant une baisse des taux mais modérées.