Blocage de la France : le refus de réforme pourrait mener à ''une crise à la grecque'' (Marc Touati)

le , mis à jour à 17:33
117

L'attachement de certains au ''modèle français'' éloigne la France de ses voisins européens en termes d'attractivité économique.
L'attachement de certains au ''modèle français'' éloigne la France de ses voisins européens en termes d'attractivité économique.

Les blocages et les grèves dus à l’adoption de la loi Travail envoient une image négative de la France auprès des investisseurs et des entreprises étrangères. En refusant toujours les réformes, la France pourrait finir par susciter la défiance et en subir les conséquences, explique Marc Touati.

Quelle tristesse ! Alors que la « loi travail » n’est qu’une réformette du marché du travail français (très loin de la refonte structurelle dont a besoin ce dernier), elle a réussi à générer une fronde massive et un mouvement de grèves, de manifestations et de blocage du pays impressionnant. C'est dire l’étendue de l’hermétisme de certains Français à la moindre réforme. Le problème est qu’au-delà de la tristesse qu’elle suscite, cette situation commence à coûter cher à l’économie française qui sort très péniblement la tête de l’eau depuis quelques trimestres.

Pire, au regard des préavis de grève et des mouvements annoncés pour les prochains jours, nous ne serions qu’au début de nos peines… Raffineries bloquées, arrêts de travail dans les centrales nucléaires, manifestations un peu partout, et bien sûr grèves chez les contrôleurs aériens, dans les transports en communs et notamment à la SNCF.

Lorsqu’on sait qu’un jour de grève à la SNCF lui coûte environ 50 millions d'euros et génère à lui seul un manque à gagner quotidien de 400 millions pour l'ensemble de l'économie française, on peut imaginer l’ampleur des dégâts de l’ensemble de ces grèves et blocages. D’ici le début juin, le coût global devrait avoisiner les 8 milliards d’euros.

Mais, au-delà de ces coûts directs, qui sont déjà exorbitants, le vrai coût de la grève est ailleurs. D'une part, il réside dans l'affaiblissement global de l'économie nationale. En effet, après un premier trimestre 2016 de rebond technique, les mois d’avril et mai ont été particulièrement mous.

Dès lors, la plupart des acteurs économiques français comptaient sur le mois de juin pour « se refaire une santé », avant le long tunnel des vacances d'été. Et ce d’autant que l’Euro 2016 de football était censé nous faire oublier tous nos maux et redonner du baume au cœur aux consommateurs et aux investisseurs… Pour les entreprises, cela devait se traduire par un regain d'activité en correction de la faiblesse passée et en anticipation de la torpeur estivale. Quant aux ménages, et notamment les chômeurs, ils espéraient pouvoir enfin retrouver un emploi et/ou améliorer leurs revenus.

Or, au moment où les entreprises et les particuliers étaient dans les starting-blocks pour essayer de faire un bon mois de juin, ces mouvements de blocage sont venus tout casser. Adieu, veaux, vaches, cochons, reprise, croissance forte et emplois. Pour de nombreuses sociétés et ménages, ce nouveau coup d'arrêt pourrait même être fatal. En effet, dans de nombreux cas, ceux-ci ont réussi à traverser la crise sans trop de dégâts, en puisant dans leurs réserves. Ces dernières étant désormais épuisées, ils risquent de s'effondrer.

Autrement dit, il faut se préparer à une forte augmentation des faillites d'entreprises et personnelles au cours des prochains mois et notamment en septembre.

Encore plus pernicieux. Face à ces dangers, certains souhaiteraient que le gouvernement retire la « loi travail », notamment pour passer un « bon » Euro 2016. Une telle décision serait évidemment une grave erreur puisqu’elle entacherait encore la piètre image de la France à l’échelle internationale mais également vis-à-vis des créateurs de richesses français qui pourraient finir par se décourager.

Car, à côté des drames humains que toute cette décroissance va produire, le retour des grèves pour des raisons aussi banales que la réformette de la « loi travail » va encore nuire à la crédibilité de l'économie française en matière de capacité à se réformer. Essayez par exemple d'expliquer aux Allemands, aux Anglais, aux Italiens ou aux Espagnols, voire aux Grecs, qui n'ont cessé de faire des réformes depuis des années presque sans rechigner, que les Français refusent encore de moderniser leur économie. Essayez de leur expliquer comment une petite frange de la population peut paralyser un grand et beau pays comme la France pour le simple motif qu'il ne faut pas toucher à ses petits avantages. C'est perdu d'avance.

Il faut se rendre à l'évidence : nos voisins européens, qui ont tous fait énormément d'efforts et de sacrifices depuis 2008, ne nous comprennent plus et ne sont plus prêts à accepter les dérives françaises. Il est donc grand temps de parler vrai et de responsabiliser nos concitoyens : en temps de crise, et a fortiori en état d’urgence, tout le monde doit se retrousser les manches et personne ne doit l'en empêcher. La liberté s'arrête là où commence celle des autres. Et ce, en particulier dans une économie exsangue, proche de la banqueroute.

Si ce comportement ne change pas, alors il faut se préparer à un nouvel exode de nos jeunes les plus brillants, de nos cerveaux les plus développés et de nos entreprises les plus performantes. En outre, même si aujourd’hui la politique ultra-accommodante de la BCE maintient les investisseurs sous anesthésie dans un « monde parallèle », notamment en stabilisant les taux d’intérêt des obligations d’Etat à des niveaux excessivement bas, ils finiront bien par se réveiller avec la gueule de bois, par exemple lorsque la notation de la dette française sera fortement dégradée.

Cela entraînera tout d'abord une défiance internationale massive. Dans la mesure où plus de 60 % de la dette publique française est détenue par des non-résidents, et malgré l’aide de la BCE, une forte augmentation des taux d'intérêt se produira alors, pesant négativement sur l'investissement, donc sur la croissance et l'emploi. D'où une hausse conséquente du chômage, un accroissement des déficits publics et de la dette, ce qui renforcera la défiance et le cercle pernicieux continuera, entraînant la France dans une crise « à la grecque ».

Pour éviter d’en arriver là, il faut donc absolument arrêter la démagogie et devenir enfin responsable. Il ne s'agit pas simplement d'un problème de bras de fer entre le gouvernement et les syndicats ou encore de l'établissement de prévisions tronquées, mais de l'avenir de nos enfants…

Marc Touati, Président d’ACDEFI

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fperquin le jeudi 2 juin 2016 à 14:12

    Enfin, un article qui explique bien et simplement l'état de la France. Il faudrait que tous les Français puissent le lire et comprendre enfin que le monde a changé et que les réformes sont indispensables et urgentes en France si on ne veut pas dans quelques temps que la France soit dans la même situation que la Grèce. Toutes les corporations militent pour garder leurs petits privilèges ! Que la France coule petit à petit, ce n'est pas leur problème.

  • M7313387 le lundi 30 mai 2016 à 19:15

    ... Acdfi n'est plus en RJ?

  • M2889755 le lundi 30 mai 2016 à 18:22

    Vivement que Poutine arrive avec ses chars, et qu'il envoie au goulag tous les politiciens et tous les syndicalistes !

  • fredgues le lundi 30 mai 2016 à 15:21

    A peine utile de s'intéresser aux conseils financiers de cet analyste économique : c'est beaucoup bla-bla , de prédictions systématiquement apocalyptiques ....et surtout des anticipations de marché erronées fois sur ! Surtout ne pas confier sa gestion à ce genre de commentateur...le mieux est le plus souvent de faire le contraire de ce qu'il préconise en termes de placements !!

  • M5721895 le lundi 30 mai 2016 à 12:59

    Growjons, Loto77 arretez de déballer vos clichés. Le même système est utilisé aussi en Autriche (-6% de chomeurs), en Suisse (- de 4.5%) et les gens ne s'en plaignent pas. Un de mes fils travaille en Suisse, il a été licensié au printemps dernier. En moins de 15 jours il avait retrouvé du travail; et en plus il a eu le choix. C'est vrai que par contre, il a un bon bagage et qu'il n'a pas peur du boulot.

  • aremon05 le lundi 30 mai 2016 à 12:41

    Pauvre France, quelques manifestants 180 000 sur 65 millions d'habitants les plus protégés, une CGT en forte perte d'adhérents qui sème un désordre et prend en otage notre économie pour s'opposer à une réformette que toute l'Europe adopterait en une journée. Irresponsables qui dénonceront demain la perte des emplois et la fuite des entrepreneurs et des mieux formés. Ces comportement du 19e siècle sont inadmissibles.

  • AND.KOTE le lundi 30 mai 2016 à 12:18

    Ah non, pas lui

  • hervegai le lundi 30 mai 2016 à 11:55

    Bon papierDes progrès M. TouatiPoursuivez vos efforts

  • gacher le dimanche 29 mai 2016 à 09:42

    a part la monnaie, il n'y a que des pays qui se servent comme le Luxembourg et des politiques carriéristes corrompus et malhonnêtes financé par des lobbies dans l’Europe. Il est temps qu'elle éclate elle a transformé en ruine notre économie et notre industrie.

  • loto77 le samedi 28 mai 2016 à 17:43

    Et oui , o apprend le nouveau langage : " mondialisation " : là où il y a par exemple la Slovaquie : salaire 400 €/mois ou le Bangladesh : 80 €/mois " compétitivité " : aller vers ces salaires , pour les salariés , hein , les patrons , non .." réformes " : devenir compétitif et mondialisé . Je vois sur ce forum des adeptes de tout ça . Je les laisse passer avant moi bien volontiers pour être " mondialisé réformé " .