Bénévolat contre RSA : Straumann persiste

le
0
Demande du revenu de solidarité active dans les locaux de la Caisse d'allocations familiales. Jeune femme de trente ans en entretien avec un agent de la Caf. Aide sociale, prestations sociales.
Demande du revenu de solidarité active dans les locaux de la Caisse d'allocations familiales. Jeune femme de trente ans en entretien avec un agent de la Caf. Aide sociale, prestations sociales.

La proposition de Manuel Valls de faire prendre en charge le RSA par l'État n'y a rien changé. Le président (LR) du conseil départemental du Haut-Rhin a annoncé vendredi qu'il allait poursuivre la mise en oeuvre de la délibération controversée qui conditionne l'octroi de l'allocation à des heures de bénévolat. Une délibération qui, selon Éric Strautmann, n'a fait l'objet "d'aucun recours contentieux de la part du préfet".

Le conseil départemental du Haut-Rhin, majoritairement à droite, avait décidé début février de conditionner le versement du RSA à sept heures de bénévolat par semaine, une initiative présentée comme une première en France, qui avait suscité une levée de boucliers de la part d'associations et de syndicats. La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine était montée au créneau pour expliquer que le RSA est "une prestation (...) en regard de laquelle des devoirs sont attendus" de la part des bénéficiaires. "Le droit est défini nationalement et il n'est pas possible de conditionner le versement du RSA à l'exercice du bénévolat ou de telle activité."

LIRE aussi Faut-il obliger les titulaires du RSA à travailler 7 heures par semaine ?

Mais dans le Haut-Rhin, les bénéficiaires qui ne seront pas en mesure de présenter tous les trois mois une attestation prouvant qu'ils auront bien effectué ces heures pourraient...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant