« Assiste-t-on à une reprise de l'économie française ? » (Cercle des économistes)

le , mis à jour à 11:02
19

Le paysage économique semble s'embellir en France d'après les dernières statistiques publiées par l'Insee.
Le paysage économique semble s'embellir en France d'après les dernières statistiques publiées par l'Insee.

Croissance, consommation, investissement, emploi…  Le mois d’avril s’est terminé sur l’annonce d’indicateurs conjoncturels positifs pour la France. Selon Christian Saint-Etienne, il ne faut pas prendre ces informations pour argent comptant.

L’INSEE a publié vendredi 29 avril une estimation de la croissance au premier trimestre 2016 selon laquelle le PIB, en volume, a augmenté de 0,5% après + 0,3% au quatrième trimestre 2015. Les dépenses des ménages augmentent fortement après le gel lié aux attentats de novembre de la même année. La formation brute de capital fixe (l’investissement) reste dynamique mais les exportations se replient légèrement. Au total, le commerce extérieur a une contribution négative à la croissance de -0,2 point de PIB après -0,4 point de PIB au trimestre précédent.

La production manufacturière ralentit dans quasiment toutes ses branches, ce qui montre que le redressement de notre compétitivité est lent et partiel. C’est d’autant plus inquiétant que le prix du pétrole et l’euro sont bas. Nous continuons de souffrir de ce que notre industrie, notamment automobile, est concentrée dans les productions de moyenne gamme. Le taux de marge des sociétés non financières continue de s’améliorer même s’il reste significativement inférieur à ce qu’il est chez nos grands compétiteurs.

Cette minuscule reprise intervient après quatre années catastrophiques (0,5% de croissance annuelle moyenne, soit moins du tiers de la croissance nécessaire pour réduire le chômage) et avec un niveau de chômage très élevé. La France reste en arrière de la reprise européenne et l’essentiel des créations nettes d’emplois depuis deux ans sont concentrées dans le secteur public (80%) contre 80% de créations d’emplois dans le secteur marchand en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni.

Que faudrait-il faire pour accélérer cette reprise ? Nous devons d’abord procéder à une réforme de la fiscalité du capital, alors que la révolution numérique en cours est hyper-industrielle et hyper-capitalistique sous l’effet de la robotisation et de la numérisation des systèmes de production et de distribution.

Nous devons, parallèlement, mettre en œuvre les réformes structurelles qui permettront de fluidifier le marché du travail et de réduire les dépenses des régimes de retraite et des collectivités locales. La France continue d’avoir un niveau de dépense publique extravagant par rapport aux résultats atteints en termes d’éducation (baisse dans le classement PISA), de niveau de chômage, de développement économique, etc. Notre dépense publique atteint 57% du PIB, soit 9 points de PIB de plus que la moyenne des autres pays de la zone euro, alors que nos performances globales restent décevantes. De ce point de vue, le fait que la réforme du marché du travail soit mal engagée est un élément de nature à freiner la reprise.

Enfin, il faut redonner de la visibilité sur le plan politique en accélérant la réforme de nos institutions pour tenir compte du phénomène de métropolisation de la croissance et pour favoriser le renouveau de notre appareil de production.

Christian Saint-Etienne

Christian Saint-Etienne est membre du Cercle des économistes, Professeur titulaire de la Chaire d’économie industrielle au Conservatoire National des Arts et Métiers et Président de l’Institut France Stratégie.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.gicque il y a 7 mois

    Y a-t'il un temps limite pour rédiger un commentaire? merci de bien vouloir me répondre

  • g.gicque il y a 7 mois

    On peut taper sur le gouvernement SANS RETENUE sur le président et le gouvernement (il faut voir li niveau de nombreux commentaires) ..pas de problème. Mais si on exprime un avis contraire: CENSURé !

  • g.gicque il y a 7 mois

    Il serait intéressant de voir ses commentaires AU TEMPS MERVEILLEUX du Sarcosysme ...

  • M5299935 il y a 7 mois

    aupoint ..... pas besoin de te demander si tu travailles ou a travaillé dans la onction publque.

  • fdi1 il y a 7 mois

    Public contre privé.C'est pas moi c'est l'autre, etc ,etc, tant que les raisonnements en resteront là, il ne se passera rien; le politique paradera gentiment, tirera les ficelles pour conserver son statut et les citoyens s'étriperont calmement dans un débat stérile.

  • cyti8 il y a 7 mois

    Pays de nuls, géré par des nuls. Nous sommes soumis à l'immobilisme socialiste.Pendant ce temps-là, les autres Pays avancent. Tout est fait pour que les entreprises n'embauchent pas, et ne licencient pas. Oui, vraiment, on a tout essayé , en France, pour faire monter le chômage.

  • tchazard il y a 7 mois

    "Et encore, heureusement qu'il y a l'€ sinon on serait déjà au fond du gouffre."avec 2150 milliards de dettes , 96,4% pIB on est pas déjà dans le goufre ? grace à l 'euro autant de dettes et d'interets a payer , 54 milliards qui partent de france sans impots aux creanciers transatlantiques . merci l 'euro

  • floalain il y a 7 mois

    On est toujours dans le même cercle vicieux et décadent: la France produit des fonctionnaires qui génèrent une augmentation des impôts ...... Quand y aura-t-il un homme politique français pour casser cette spirale. Et encore, heureusement qu'il y a l'€ sinon on serait déjà au fond du gouffre.

  • h.floren il y a 7 mois

    un économiste comme bien d autres ,excellent pour predire le passé

  • Pathor il y a 7 mois

    D'un intervenant de ce forum "la fonction publique payée par elle même car elle est soumise aux mêmes règles et paye des impôts.." les bras m'en tombent, comment peut on avoir un raisonnement aussi st..pi de ?! et "les patrons qui se remplissent les poches".. la on touche le fond.... :-(