Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Qu'est-ce que la surcote en matière de retraite ?

Boursorama avec Pratique.fr21/03/2016 à 16:30

Lors de votre départ à la retraite, selon votre âge et le nombre de trimestres cotisés, vous pouvez bénéficier d’une surcote. À l’inverse de la décote, elle procure une majoration de la pension retraite. Le taux de majoration dépendra du nombre de trimestres travaillés en plus.

De quoi s’agit-il ?

La surcote est une majoration du montant de la future retraite de base dont vous pouvez bénéficier si vous continuez à travailler après l’âge normal auquel vous devriez partir à la retraite.
La période de surcote débute dès le premier jour du trimestre qui suit l'âge légal de votre départ en retraite, c’est-à-dire entre 60 et 62 ans selon votre année de naissance.
Ce fonctionnement est entré en vigueur le 1er janvier 2004 et a évolué en 2009.

Dans quelles conditions bénéficier de la surcote ?

Pour bénéficier de la surcote, vous devez impérativement remplir ces trois conditions :
  • avoir l'âge légal de départ à la retraite ;
  • continuer à travailler ;
  • avoir totalisé le nombre minimum de trimestres permettant d’ouvrir le droit à une retraite à taux plein.
Ainsi, pour pouvoir prétendre à la surcote, il est indispensable d’avoir cotisé 167 trimestres pour les assurés nés entre le 1er janvier 1958 et le 31 décembre 1960 et 172 trimestres pour ceux nés après le 1er janvier 1973.
Seuls les trimestres cotisés en travaillant peuvent ouvrir des droits à la surcote, les périodes assimilées telles que le chômage, les arrêts maladie ou accidents de travail ne sont pas pris en compte.
Pour obtenir la surcote, il n’y a pas de démarche spécifique à accomplir : elle sera automatiquement prise en compte, le cas échéant, lors du calcul de la pension de retraite. 

Que procure la surcote ?

Lorsque vous bénéficiez de la surcote, une majoration s’applique au montant de base de votre pension retraite pour les trimestres d'assurance cotisés après l’âge légal de départ et accomplis après le 1er janvier 2004.
Le taux de la majoration peut varier selon plusieurs critères :
  • Pour les périodes cotisées entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2008, le pourcentage de majoration est de :
  • 0,75 % du 1er au 4e trimestre de surcote,
  • 1 % à partir du 4e trimestre de surcote,
  • 1,25 % pour chaque trimestre supplémentaire accompli après les 65 ans de l'assuré.
  • Pour chaque trimestre cotisé à compter du 1er janvier 2009, la majoration est de 1,25 % par trimestre, c’est-à-dire 5 % par an. En revanche, pour les professions libérales, ce taux est réduit à 0,75 %.
Par exemple : vous décidez de continuer à travailler après votre âge légal de départ et vous cotisez 4 trimestres de plus. Si votre retraite de base devait être de 1 000 € par mois, grâce à la surcote, elle est majorée de 4 x 1,25 %, soit 5 %. Elle sera donc de 1 050 € par mois.

Trucs & Astuces :

Attention à ne pas confondre la surcote avec la surcotisation. La surcotisation est le fait de cotiser volontairement sur la base d'un salaire à temps plein reconstitué, pour les salariés à temps partiel. Elle permet de cotiser davantage pour obtenir l’ouverture du taux plein plus rapidement, mais ne donne pas de majoration sur la retraite de base.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.