Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Qu’est-ce qu’un NFT (non-fungible token) ?
information fournie par Boursorama avec LabSense03/07/2021 à 08:30

Avez-vous déjà vu ou entendu l’acronyme NFT ? Il signifie « non-fungible token ». Et si cela ne vous parle pas davantage, voici quelques informations à ce sujet qui devraient vous éclairer.

Qu’est-ce qu’un NFT (non-fungible token) ? - iStock-Vertigo3d

Qu’est-ce qu’un NFT (non-fungible token) ? - iStock-Vertigo3d

Blockchain et token non-fongible

Pour comprendre la définition de « NFT », mieux vaut parler un peu anglais car un « non-fungible token » est en fait une fonctionnalité de la « blockchain » … En d’autres termes plus clairs, la blockchain est une chaîne de blocs ou encore « une technologie de stockage et de transmission d’informations [qui] offre de hauts standards de transparence et de sécurité car elle fonctionne sans organe central de contrôle ». La blockchain est notamment employée dans le secteur bancaire et s’est « développée pour soutenir des transactions réalisées via les cryptomonnaies/crypto-actifs » même si son emploi n’est pas limité à ces derniers. Un token ou jeton est quant à lui « un actif numérique émis par une blockchain ». Il peut être fongible (comme les Bitcoins), c’est-à-dire qu’il peut être individualisé. Il peut aussi être non-fongible. Dans ce cas, le jeton ne peut pas être individualisé. Chaque actif numérique possède alors ses propres caractéristiques et ne peut être échangé contre un autre actif.

Apparition du concept en 2015

Si les NFT ont récemment fait parler d’eux, ils ne viennent pas de voir le jour. Leur première apparition date de 2015 avec le projet Etheria qui proposait d’acheter une parcelle d’un monde virtuel. Les caractéristiques de ces parcelles étaient stockées sur la blockchain ethereum . Cette dernière était ainsi employée pour : l’enregistrement de la propriété d’objets non réels (virtuels) ; les transferts de propriété entre personnes. En 2017, naissent les projets Cryptopunks et CryptoKitties (studio Dapper Labs). Avec CryptoKitties, on peut collectionner des chatons virtuels. Un chaton correspond à un NFT à savoir un jeton possédant ses propres caractéristiques. Le succès est tel qu’une nouvelle blockchain dédiée au projet doit être développée. Le ERC-721, nouveau standard de token, voit le jour.

Des NFT lucratifs

Les NFT ont le vent en poupe et pour cause, ils peuvent rapporter pas mal d’argent. Dans le milieu de l’art par exemple, on peut vendre des œuvres numériques. Le propriétaire dispose d’un NFT qui certifie qu’il est bien le détenteur officiel de l’œuvre en question. On peut ainsi citer l’exemple de Mike Winkelmann qui a vendu une œuvre près de 70 millions de dollars en cryptomonnaie. Des plates-formes dédiées ont depuis vu le jour : une œuvre virtuelle vaut un NFT. D’autres secteurs que l’art ont aussi décidé de miser sur les NFT. Si les jeux vidéo version dématérialisée existent depuis un petit moment, les NFT permettent d’employer une blockchain et de remplacer l’éditeur. Dans le domaine du sport, les NFT commencent à s’imposer également, la preuve avec la NBA ou encore la FFF (Fédération française de football). Cette dernière a signé un partenariat avec Sorare. Attention, bien qu’il soit virtuel, un NFT peut être volé et revendu… De plus, la question de l’impact environnemental des NFT est régulièrement soulevée car cette technologie requiert une grande consommation énergétique.

Valeurs associées

NEXC +1.60%

4 commentaires

  • 03 juillet21:15

    qd on voit que 2 freres en Afrique du sud sont parti avec 3 milliards d euros en bitcoin ... c est super pour les personnes volées c est intraçable et il ne faut compter sur une quelconque assurance ... le meme probleme à Dijon pour qq dizaines de millions d euros, la police est saisi mais bon ... en plus tu peux perdre facilement 50 % de tes fonds en 1 mois, clairement faut pas hesiter LOL


Annonces immobilières