Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le diesel doit-il disparaître ?

Boursorama avec Pratique.fr07/12/2015 à 17:25

Le gouvernement a créé un choc en octobre 2015, en annonçant que le prix du diesel allait progressivement rejoindre celui de l'essence. Pour autant, il n'est pas sûr que ce carburant soit abandonné.

Est-ce la fin du diesel ?

Diesel : la fin du privilège

Le diesel a la réputation d'être bien plus accessible que l'essence. Il est difficile de donner des chiffres, puisque les prix sont extrêmement différents d'une pompe à l'autre, et surtout d'une région à l'autre.

En revanche, on connaît la cause de cet avantage : une fiscalité plus avantageuse, qui a émergé à l'après-guerre et s'est considérablement accélérée dans les années 1980. Aujourd'hui, un professionnel achetant un utilitaire au diesel ne paie aucune TVA sur son carburant.

Cette politique a fait du diesel le carburant le plus utilisé en France. Et de loin : près de 60% des véhicules en sont équipés.
Mais cet avantage a été remis en cause par le gouvernement, qui veut rapprocher les prix du gazole et celui de l'essence. Cela doit se faire progressivement, sur 5 ans (le temps de renouveler le parc automobile). En novembre 2015, Michel Sapin a déjà annoncé une augmentation des carburants : 2 centimes d'euros par litre pour l'essence, contre 3,5 centimes pour le gazole.

Non, le diesel n'est pas plus polluant

Cela signifie-t-il pour autant la fin du diesel ? Ce n'est pas sûr, car le motif invoqué pour le relèvement des taxes a été celui de l'impact de ce type de moteurs sur l'environnement. Pourtant, les moteurs roulant au gazole ne sont pas plus ou moins polluants que les moteurs essence.

En réalité, ces deux moteurs polluent, mais pas de la même manière. Un moteur essence émet davantage de dioxyde de carbone. Il s'agit du célèbre CO², que les politiques publiques cherchent aujourd'hui à combattre. Mais le diesel, lui, émet d'autres polluants, en plus grande quantité : en particulier des oxydes d'azote.
Des essais ont été faits pour enrayer cette pollution. Depuis 2010, les filtres à particules sont obligatoires. Ceci étant, les véhicules diesel restent aussi polluants que les moteurs essence.

Ainsi, les chances que le diesel disparaisse au profit du sans-plomb sont faibles.

Et les véhicules électriques et hybrides ?

Face au diesel (et à l'essence), la solution devrait donc venir des véhicules propres : les hybrides, ou ceux fonctionnant ou « tout électrique ».

Mais cette technologie n'est pas encore tout à fait prête, en particulier pour le tout électrique. Parmi les principaux obstacles, on retient que la production de l'électricité doit également être propre. Or, à l'heure actuelle, seuls 20 % de la production électrique de l'Hexagone est renouvelable (la France est encore à 80 % dans le nucléaire). En outre, l'autonomie de ces véhicules doit encore faire ses preuves et ceux-ci demeurent chers à l'achat.

Trucs et astuces

Malgré tout, vous pouvez envisager dès aujourd'hui l'achat d'un véhicule hybride. En 2015, Ségolène Royal a décidé un bonus pouvant atteindre 10 000 euros : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Mise-en-place-du-nouveau-bonus,42952.html


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.