Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le 25 mars est la journée mondiale de la procrastination

Boursorama avec Pratique.fr13/02/2017 à 14:45

Et si on remettait ça au lendemain ? C'est à cette question qu'invite cette 8ème journée de la procrastination. Initiée en 2010 par un éditeur français, cette journée est l'occasion de ne rien faire, de confier à d'autres, ou à plus tard, ces tâches qui empoisonnent notre quotidien. Décrite souvent comme une mauvaise habitude, la procrastination ne manque pourtant pas de supporters, ni d'intérêt.

remettre à plus tard ...et pourquoi pas !

Demain c'est bien aussi

L'idée est née dans une petite maison d'édition parisienne un jour de 2010. David d'Equainville, fondateur d'Anabet, édite un livre allemand consacré au sujet. Vendu à 30 000 exemplaires outre-Rhin, le livre (Demain c'est bien aussi) "aborde la procrastination d'un point de vue positif" et "nous montre comment adapter le monde extérieur à nos capacités d'organisation limitées" explique M. d'Equainville. Fervent adepte de la pratique qu'il décrit comme "une défense immunitaire face à une société extrêmement rude, un moyen positif de se défendre des assauts du monde contemporain", l'éditeur lance un site internet et une journée mondiale !
Depuis, il propose que la journée du 25 mars soit "tout sauf un mot d'ordre" mais plutôt l'occasion "d'appuyer sur la touche pause, un temps de mise à distance, de réflexion". Il reprendra cet adage dans son manifeste du 25 mars contre l'hyper-urgence, en 2014, aux éditions François Bourin.
La pratique prête, en tous cas, à polémiques. Kathrin Passig et Sascha Lobo, les auteurs allemands de Demain c'est bien aussi, avancent qu'à ce jour "les chercheurs ne sont pas tombés d'accord sur les origines de la procrastination". Elle est souvent perçue comme "une mauvaise habitude" ou préfigure d'une "peur de l'échec".

Pausitiver

Comme François Weyergans dans son Goncourt Trois jours chez ma mère..., la procrastination est un sujet dont les auteurs se sont régulièrement saisi. Alphonse Allais l'avait résumé à sa manière dans cette maxime : "Pourquoi remettre à demain ce qu'on peut faire après-demain ?"
En 2014, le philosophe et universitaire américain John Perry y ajoutait même de la noblesse dans un essai intitulé La procrastination : l'art de reporter au lendemain. Dans son livre, l'auteur, grand procrastinateur lui-même, invite à assumer sa procrastination, mais à en être conscient et l'utiliser intelligemment. C'est ce qu'il appelle "la procrastination structurée".
Synonyme de paresse ou de perfectionnisme à outrance, la procrastination est en effet souvent mal vécue. Pourtant, le procrastinateur, en reportant certaines tâches, ne fait pas "rien". Il réalise bien souvent d'autres tâches tout aussi utiles et finit par celles qu'il avait remis à plus tard. Il peut même être plus productif en mettant de côté les tâches qui lui prendraient trop de temps ou d'énergie. Par ailleurs, le fait de retarder une action a généralement une incidence minime. Comme le souligne l'écrivaine Sylvaine Garderet, "un nombre considérable de problèmes se règlent seuls lorsque l'on ne s'en occupe pas". La procrastination permet également d'avoir les idées plus claires en sortant un peu "la tête du guidon".
Profitez-en donc ce 25 mars pour remettre à demain. Et comme le lendemain est un dimanche cette année, on en reparle lundi !

Trucs et astuces

Selon Passig et Lobo, "les activités de procrastination occupent environ un tiers du temps de veille quotidien des étudiants". Plus généralement, 20 à 30% de la population globale serait "lourdement procrastinatrice".

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.