Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cette solution méconnue pour limiter les frais de découvert
Moneyvox04/06/2021 à 16:00

L'acompte sur salaire peut faire du bien à votre trésorerie sans faire augmenter les frais bancaires ( Crédits :©  ALF photo - stock.adobe.com)

L'acompte sur salaire peut faire du bien à votre trésorerie sans faire augmenter les frais bancaires ( Crédits :© ALF photo - stock.adobe.com)

Avec la crise, il peut être difficile de garder son compte courant dans le vert. Il existe une solution méconnue pour éviter d'utiliser ou de dépasser son autorisation de découvert, le tout sans aucuns frais bancaires : l'acompte sur salaire.

Par MoneyVox,

La crise du Covid-19 a engendré son lot d'inégalités. Quand certains ont davantage épargné, grâce par exemple à la réduction des déplacements ou aux achats reportés, d'autres ont vu leurs revenus diminuer. Chômage partiel, perte d'emploi, baisse d'activité... les causes des difficultés financières des ménages sont nombreuses et s'ajoutent à celles déjà existantes. Pour garder son compte courant dans le vert malgré tout, l'acompte sur salaire peut alors être un précieux allié.

Qu'est-ce qu'un acompte sur salaire ?

L'acompte sur salaire est un dispositif légal inscrit dans le Code du travail. L'article L.3242-1 en donne la définition précise : « Le paiement de la rémunération est effectué une fois par mois. Un acompte correspondant, pour une quinzaine, à la moitié de la rémunération mensuelle, est versé au salarié qui en fait la demande ». En d'autres termes, un salarié gagnant 1 500 euros par mois peut prétendre à un acompte de 750 euros en milieu de mois. De plus, l'employeur n'a pas le droit de refuser de verser cet acompte et, cerise sur le gâteau, cette solution est entièrement gratuite.

L'absence de frais est d'ailleurs l'atout majeur de l'acompte sur salaire en comparaison avec d'autres solutions bancaires. En effet, le taux appliqué par les banques à une autorisation de découvert est généralement compris entre 7 et 8%. En cas de dépassement, ces frais montent même à 16% en moyenne, de quoi potentiellement accentuer les difficultés financières rencontrées. Par ailleurs, en dehors de l'autorisation de découvert, d'autres frais s'ajoutent lorsque des opérations se présentent sur le compte par exemple les commissions d'intervention (maximum 8 euros par opération), les frais de rejet de prélèvement (maximum 20 euros par prélèvement refusé) ou encore les frais d'information pour compte débiteur non autorisé (qui peuvent aller jusqu'à 45 euros selon les banques).

Bon à savoir : un acompte sur salaire n'est pas une avance sur salaire. Cette dernière opération s'apparent à un crédit de la part de l'employeur, qui peut librement l'accepter ou le refuser.

Comment demander un acompte à son employeur ?

Une simple demande au dirigeant de l'entreprise ou au service des ressources humaines suffit pour obtenir un acompte sur salaire. Idéalement, celle-ci doit être formulée par courrier, sans contrainte de formalisme particulier. Nul besoin non plus de fournir une explication ou des justificatifs à la société.

Bien que l'acompte sur salaire soit un droit, la réalité est moins évidente. Le frein principal à l'obtention d'un acompte sur salaire ? Celui que se mettent les employés par crainte de déranger ou de donner une mauvaise image d'eux-mêmes à leur employeur. Selon une étude d'OpinionWay pour la start-up Stairwage, 70% des salariés n'oseraient pas demander à leur employeur un acompte en cas de difficultés financières. Stress, inquiétude, culpabilité, honte... la majorité des Français ne sont pas à l'aise avec cette idée, qui peut pourtant éviter des frais inutiles et des situations financières délicates.

Dans tous les cas, l'acompte sur salaire est une solution ponctuelle. Cette aide de l'employeur doit impérativement rester exceptionnelle, et ne doit donc pas se reproduire chaque mois. La société a d'ailleurs le droit de refuser la seconde demande d'acompte sur salaire provenant d'un même salarié sans avoir à se justifier. Enfin, certaines professions ou certains types de contrats sont exclus du dispositif de l'acompte sur salaire, par exemple les salariés qui travaillent chez eux, les saisonniers, les intermittents ou encore les intérimaires.

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • n.jublin
    05 juin07:26

    WLJS, c'est compliqué, c'est sûr, d'autant plus qu'on cède aux sirènes de la société de consommation. Comme vous dites, vivre c'est manger, se loger, se soigner... Le reste, c'est accessoire ! Dure vie, certes, mais une vie responsable.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer