Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Véran confirme un possible allégement sur le "pass sanitaire"
information fournie par Reuters18/09/2021 à 18:50

VÉRAN CONFIRME UN POSSIBLE ALLÉGEMENT SUR LE "PASS SANITAIRE"

VÉRAN CONFIRME UN POSSIBLE ALLÉGEMENT SUR LE "PASS SANITAIRE"

PARIS (Reuters) - Le ministre de la Santé Olivier Véran a confirmé samedi un possible allégement des restrictions sanitaires liées à l'épidémie, incluant le "pass sanitaire", dans un contexte de recul des contaminations en France.

"Si la situation continuait de s’améliorer, nous pourrions alléger progressivement les restrictions, là où le virus circule le moins d’abord, puis partout sur le territoire", déclare-t-il dans un entretien au Parisien. "Cet allègement pourrait inclure le pass sanitaire".

Jeudi, le président Emmanuel Macron avait déjà évoqué une levée prochaine de l'obligation de "pass sanitaire" dans certains territoires français où le coronavirus ne circule quasiment plus.

Le ministre de la Santé estime avoir des raisons d'espérer que le pire de la crise soit passée. "Nous restons vigilants, nous ne désarmerons pas dans les prochains mois. Mais ce que nous voulons, c’est que les Français puissent respirer le plus tôt possible", poursuit-il.

Interrogé sur la crainte de poursuites judiciaires après la mise en examen de sa prédécesseur Agnès Buzyn dans le cadre de la gestion gouvernementale de la crise sanitaire, Olivier Véran assure ne pas agir "avec la peur d'une menace judiciaire".

"J’ai répondu à de très nombreuses évaluations et commissions d’enquête des assemblées parlementaires, d’experts. Des rapports indépendants existent. À l’heure actuelle, je n’ai reçu aucune convocation et quand bien même ce serait le cas, cela ne changerait rien à ma mission", indique-t-il.

Agnès Buzyn a été mise en examen le 10 septembre par la Cour de justice de la République (CJR) pour "mise en danger de la vie d'autrui". Elle a été également placée sous le statut de témoin assisté pour "abstention volontaire de combattre un sinistre".

Olivier Véran, ainsi que l'ancien Premier ministre Edouard Philippe et le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, sont également concernés par l'enquête lancée en juillet 2020 par la CJR à la suite du dépôt de dizaines de plaintes.

(Reportage Blandine Hénault)

6 commentaires

  • 19 septembre13:00

    Veran a raison il faut remplacer le pass sanitaire par un couvre feu H24 avec confinement extreme pour Sauver des vies.