Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

USA: La Fed maintient sa politique et relève ses prévisions
Reuters16/09/2020 à 20:36

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale américaine a laissé sa politique monétaire inchangée mercredi et a promis de les maintenir à des niveaux quasi nuls jusqu'à ce que l'inflation remonte vers un niveau "modérément" supérieur à son objectif de 2% pendant "un certain temps".

Cette évolution du discours de la banque centrale américaine correspond à la nouvelle stratégie esquissée le mois dernier, qui vise à compenser les périodes d'inflation faible en la laissant dépasser son objectif pour favoriser les créations d'emplois aussi longtemps que possible.

La Fed ajoute qu'elle poursuivra ses achats d'obligations d'Etat au moins au rythme actuel de 120 milliards de dollars par mois afin d'assurer le maintien de conditions financières "accommodantes" à l'avenir.

L'épidémie de coronavirus a continué de peser sur l'économie ces dernières semaines, constate-t-elle, estimant que le virus "est la cause d'énormes difficultés humaines et économiques".

"La Réserve fédérale est déterminée à utiliser toute la gamme de ses outils pour soutenir l'économie américaine dans cette période difficile", poursuit-elle dans un communiqué.

L'objectif de taux d'intérêt des fonds fédéraux ("fed funds") reste fixé entre zéro et 0,25%, comme attendu par tous les économistes et analystes interrogés par Reuters avant la réunion.

La banque centrale prévoit désormais une contraction de 3,7% du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis cette année, contre celle de 6,5% prévue en juin, et un taux de chômage à 7,6% fin 2020 contre 9,3% prévu il y a trois mois.

L'INFLATION ATTENDUE SOUS 2% JUSQU'EN 2023

Ses nouvelles prévisions suggèrent que les taux d'intérêt resteront à leur niveau actuel jusqu'en 2023 au moins, l'inflation ne semblant pas pouvoir dépasser 2% d'ici là.

Le président de la Fed, Jerome Powell, doit commenter ces décisions et les nouvelles prévisions lors d'une conférence de presse à partir de 18h30 GMT.

Wall Street a amplifié sa hausse après ces annonces et l'indice Standard & Poor's 500, principale référence pour de nombreux investisseurs professionnels gagnait 0,6% vers 18h20 GMT alors qu'il prenait moins de 0,2% juste avant la publication du communiqué.

Sur le marché des changes, le dollar, jusqu'alors stable face à un panier de devises de référence, s'est orienté à la hausse.

L'économie américaine a recréé la moitié environ des 22 millions d'emplois détruits en deux mois au printemps et le taux de chômage est redescendu à 8,4% le mois dernier contre 14,7% en avril. Mais certains indicateurs récents suggèrent que la reprise a ralenti ces dernières semaines.

Dernier exemple en date: la croissance des ventes au détail a ralenti en août selon les chiffres publiés en début de journée, à 0,6% contre 1,2% en juillet et 8,4% en juin.

Et les ventes hors automobiles, carburants, matériaux de construction et services alimentaires, surveillées de près par les économistes, ont baissé de 0,1%, signe que l'arrêt en juillet des allocations chômage fédérales de 600 dollars par semaine versées depuis le début de la crise pèse sur la consommation de nombreux ménages.

(Howard Schneider, version français Marc Angrand)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer