1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Rejet d'un recours de Sapin pour des indemnités indûment perçues

Reuters04/04/2017 à 17:57

REJET D'UN RECOURS DE SAPIN POUR DES INDEMNITÉS INDÛMENT PERÇUES

ORLEANS, Loiret (Reuters) - Le tribunal administratif de Limoges a rejeté un recours de Michel Sapin dans une affaire d'indemnités indûment perçues à l'époque où il était maire, a-t-on appris mardi de source judiciaire. 

Le ministre des Finances avait été condamné en septembre 2016, avec d'autres élus locaux, au remboursement d'indemnités versées entre 2008 et 2012 au titre de "ville touristique", un statut attribué à tort par une décision du conseil municipal d'Argenton-sur-Creuse, dont Michel Sapin a été maire de 2007 à 2012. 

Cette majoration de 25% des indemnités des élus a représenté un volume total de 100.000 euros. 

Michel Sapin, dans un communiqué postérieur à la décision de première instance du tribunal administratif de Limoges rendue le 29 septembre 2016, avait pourtant assuré être étranger à cette procédure. 

"En aucun cas, la décision du tribunal administratif ne [me] cite et en aucune manière [je n'ai été] 'condamné', terme mensonger et diffamatoire, à rembourser quelque somme que ce soit", indiquait-il.

Le tribunal de Limoges, qui a rejeté sa requête par une décision du 30 mars 2017, indique que "la République mande et ordonne au Ministre de l'Économie et des Finances en ce qui le concerne ou à tous huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision", ne laissant pas de place au doute quant à l'implication de Michel Sapin dans cette procédure. 

L'action judiciaire avait été introduite par Ludovic Livrenette, conseiller municipal d'opposition.

(Mourad Guichard, édité par Yves Clarisse)

18 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • NociSk
    06 avril16:57

    Quelle honte ! Et le PNF il a fait quoi là dedans ? Encore une preuve de plus que le cabinet noir choisis bien ses affaires ;)

    Signaler un abus

  • ZvR
    04 avril20:06

    Pourtant il parait que les seuls politiciens honnêtes sont socialistes.

    Signaler un abus

  • rleonard
    04 avril19:36

    il a augmenté ses indemnités et je suis sur que lui aussi n'arrive pas a mettre de l'argent de coté !!!

    Signaler un abus

  • sachaaa
    04 avril19:24

    BIEN encore une démission et un problème d'argent que nos politiciens aiment TANT.Le petit coquin s'était permis d'augmenter ses indemnités ...le pauvre!!!il manquait d'argent!!!

    Signaler un abus

  • mark92
    04 avril19:18

    C'est quoi le PNF ?? Crée en 2013 par vous savez qui. En octobre 2016, l'institution est composée de 15 magistrats (avec chacun un ratio moyen de 27 dossiers), 10 fonctionnaires et 4 assistants. Ils sont logés dans un hôtel particulier du 9° arrondissement et pas dans des bureaux. Combien cela coute rien qu'en loyer sans compter les salaires, frais d'entretien, de cantine....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer