1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le vin bleu fait son apparition dans les ballons français

Reuters10/08/2018 à 18:27

LE VIN BLEU FAIT SON APPARITION DANS LES BALLONS FRANÇAIS

PARIS (Reuters) - Les clients des bars et restaurants de Sète (Hérault) ont découvert cet été une boisson inédite pour changer du rosé ou du blanc, avec un "vin bleu" venu d'Espagne qui ravit pour l'heure papilles et pupilles, au grand dam des oenologues orthodoxes.

Les 2.000 bouteilles importées cet été par l'entrepreneur français René Le Bail ont rencontré un vif succès et une nouvelle commande de 600.000 bouteilles a été passée.

La boisson, produite dans la région d'Almeria (Andalousie), est obtenue en filtrant du chardonnay à travers de la pulpe de raisins noirs contenant de l'anthocyane, un pigment naturel.

Résultat, un vin bleu turquoise aux arômes de cerise, framboise et fruits de la passion, assure René Le Bail.

L'idée du vin bleu n'est pas nouvelle, une start-up espagnole du nom de Gik avait lancé en 2016 un vin couleur saphir profond, qui avait été rejeté du marché français pour défaut à la réglementation en matière d'étiquetage des vins et en raison d'une mauvaise capacité de conservation.

Mais cette année, les bouteilles de René Le Bail, nommées "Vindigo" et vendues 12 euros, semblent éviter les écueils. L'entrepreneur assure avoir reçu des commandes de toute la France, mais aussi de Belgique, d'Allemagne, ou même de Russie et de Chine.

A l'heure où le vin rosé accède à peine à la reconnaissance auprès des oenologues, après une forte amélioration de sa qualité, le vin bleu est cependant loin de faire l'unanimité.

"C'est un peu lourd au niveau des arômes", juge Philippe Delran, marchand de vin sétois peu séduit par le breuvage. "Ça nécessite plus de travail."

(Antony Paone, avec Richard Lough, Julie Carriat pour le service français, édité par Julie Carriat)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • janaliz
    11 août08:22

    La chimie à l'oeuvre !

    Signaler un abus

  • bpasseri
    10 août20:31

    Les espagnols n'ont jamais et ne sauront jamais faire du vin... d'ailleurs en Espagne la boisson préférée des espagnols est le vino... un mélange de leur vin rouge et de limonade, c'est pour dire leur niveau de culture du vin et leur absence totale de goût pour le vin

    Signaler un abus

  • mxnagg
    10 août19:27

    Et ca continue, va y que je joue au chimiste fou. Bilan discrédit complet de la filière et a la fin les vins du nouveau monde gagne parceque quitte a boire du chimique : Autant le faire soi-meme

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer