Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Le poids des dispositifs d’épargne retraite supplémentaire est encore marginal
information fournie par Mingzi28/05/2021 à 08:50

Les dispositifs de retraite supplémentaires restent trop peu utilisés (Crédits : Fotolia)

Les dispositifs de retraite supplémentaires restent trop peu utilisés (Crédits : Fotolia)

Dans son étude sur les « Masses financières relatives à l'épargne retraite », l'INSEE fait le point sur les dispositifs d'épargne retraite supplémentaire (PER, PERP, Madelin, PERCO …). Si les cotisations sont en hausse, la part de ces contrats reste marginal au regard de l'ensemble des régimes de retraite obligatoires et facultatifs.

Le poids des dispositifs d'épargne retraite supplémentaire

En octobre 2019, la loi Pacte est venue changer le paysage des produits d'épargne retraite supplémentaire. Le PER (plan épargne retraite) est le nouveau produit qui vient remplacer l'ensemble des dispositifs. Il est composé de 3 compartiments : les compartiments individuels, collectifs et catégoriels. Le PER individuel succède aux dispositifs PERP et Retraite Madelin, le PER collectif remplace le PERCO et le PER catégoriel les articles 82, 83 et 39.

Fin 2019, l'ensemble des dispositifs d'épargne retraite supplémentaire représentent un encours de 240 milliards d'euros. Les produits individuels (PERP, Madelin, Per individuel …) pèsent 43,5% de cet encours : il est constitué de contrats retraite Madelin (18 milliards d'euros), de contrats retraite pour les fonctionnaires (11 milliards d'euros, Prefon, Corem, etc) et de PERP (8,6 milliards d'euros). Les produits collectifs et catégoriels représentent quant à eux 56,5%.

Les cotisations pèsent 4,2% de l'ensemble

En 2019, 13,6 milliards d'euros de cotisations ont été collectés dans le cadre de contrats de retraite supplémentaire, une progression de 5,8% par rapport à 2018, année blanche où les cotisations avaient chuté significativement avec la mise en place du prélèvement à la source en 2019. Les cotisations issues de dispositifs d'épargne retraite supplémentaire restent toutefois marginales car elle ne pèse que 4,2% de l'ensemble des cotisations des régimes de retraite obligatoires et facultatifs.

La retraite supplémentaire reste marginale par rapport aux régimes publics obligatoires

En 2019, le montant des prestations, c'est à dire le montant des rentes, versements forfaitaires uniques (VFU) et sorties en capital servies au titre des contrats de retraite supplémentaire s'élève à 6,9 milliards d'euros.  Les prestations versées au titre des dispositifs individuels représentent 41% du total.

Ces prestations sont essentiellement versées sous forme de rente viagère (77% au total et 80% pour les dispositifs individuels) et gérées par les sociétés d'assurances (71 %), suivies des mutuelles (14%).

En 2019, la part des prestations servies au titre de la retraite supplémentaire ne représente que 2,1% de l'ensemble des régimes de retraite obligatoires et facultatifs. Elle est relativement stable depuis 2010. Comme ces produits fonctionnent en capitalisation, les masses de prestations versées augmentent progressivement, à mesure que les droits ont été accumulés.

2 commentaires

  • 28 mai09:42

    Qu'on me rende les centaines de milliers d'euros que j'ai lâché à l'état, je saurais parfaitement quoi en faire ! Quand je vois que je lâche 2k€ par mois sur ce poste retraite, pour aucun service...Ces 2k€ par mois, soit 24k€ par an, 240k€ par décennie... ma retraite serait financée en 10 ans avec ces tombereaux volés sur la paie !