1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le Monsieur Anticorruption du Qatar et son hôtel particulier

Le Point26/02/2018 à 13:23

Le procureur général du Qatar, Ali Bin Fetais Al-Marri, est-il au-dessus de tout soupçon ?

Le 8 décembre dernier, sur la place du Palais des nations, une main argentée, de cinq à six mètres de haut, se tend, durant quelques dizaines de minutes seulement, vers le ciel gris de Genève. Cette ?uvre éphémère est démontée dès que le docteur Ali Bin Fetais Al-Marri, le procureur général du Qatar, a fini de distribuer une série de prix de lutte contre la corruption remis à des personnalités venues de Chine, des États-Unis, de Jordanie ou d'Italie. Ce jour-là, ce francophone de bientôt 53 ans, à la fine moustache, officie comme président du Rule of Law and Anti-Corruption Center (Rolacc), une structure chargée de lutter contre le fléau « de la corruption sous toutes ses formes ». Rolacc a établi une antenne à Genève en mars 2017, au Grand-Saconnex, une commune du canton de Genève. N'étant jamais mieux servi que par les siens, le secrétariat général est assuré par un autre membre de la famille, Abdulmehsen Hamad Fetais, 32 ans, toujours étudiant à la Sorbonne.

Pour l'occasion, l'ONU ne s'est pas contentée de prêter une salle à l'émirat gazier. Michael Moeller, le directeur général des Nations unies à Genève, François Longchamp, le président du conseil d'État genevois (le chef du gouvernement cantonal), et Rémy Pagani, le maire de la Cité de Calvin, participent, tout sourire, à la cérémonie. Doha sait se montrer généreuse. Elle vient juste de...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer