Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Israël poursuit ses frappes dans le sud de Gaza
information fournie par Reuters07/12/2023 à 21:11

Des habitants de Khan Younès, à Gaza, après des frappes israéliennes

Des habitants de Khan Younès, à Gaza, après des frappes israéliennes

par Bassam Masoud et Dan Williams

Les soldats israéliens ont poursuivi jeudi leurs attaques contre le Hamas dans le sud de la bande de Gaza, faisant 350 morts selon les autorités locales, alors que des milliers de déplacés cherchaient refuge à Rafah, près de la frontière avec l'Egypte.

De nombreux Gazaouis ont pris la direction de Rafah après avoir vu des messages et des tracts israéliens disant qu'ils y seraient en sécurité.

Les craintes restaient toutefois vives après qu'une frappe israélienne contre un immeuble d'habitations situé dans cette ville a fait plus de 20 morts, selon un proche des victimes.

"Tous les appartements de l'immeuble ont été sérieusement endommagés", a-t-il déclaré alors que des personnes extrayaient des décombres deux enfants apparemment sans vie.

L'immeuble a été touché par trois missiles, a affirmé Bassam al Hobi, un autre proche.

"Ils ont visé les femmes et les enfants, comme vous pouvez le voir, ainsi que les déplacés à qui l'on avait dit qu'ils seraient en sécurité dans le Sud", a-t-il déploré en montrant des corps enveloppés dans de tissus blancs, dont certains de petite taille.

Plus tôt dans la journée, Israël a accusé le Hamas d'avoir tiré au moins une roquette depuis Rafah et 12 depuis la zone d'Al Mawasi, sur la côte méridionale de Gaza, alors que des Palestiniens se sont vus conseiller de s'y rendre pour s'y réfugier.

Le forces israéliennes ont également fait savoir qu'elles avaient tué un certain nombre d'hommes armés à Khan Younès, la plus grande ville du sud de la bande de Gaza. Les habitants ont signalé plusieurs frappes aériennes israéliennes et des tirs incessants de chars dans l'est de la ville.

NOUVELLE PHASE

Tsahal a atteint le centre de Khan Younès mercredi, alors que le conflit est entré jeudi dans son troisième mois.

Des ambulances et des proches de blessés, dont des femmes et des enfants, se précipitaient à l'hôpital Nasser de Khan Younès, déjà plein. À l'étage, un jeune garçon couvert de poussière et en sang hurlait au milieu d'autres patients.

"Les blessures sont très graves", a commenté le docteur Mohamed Matar. "La situation est catastrophique dans tous les sens du terme (...) Nous ne pouvons pas soigner les blessés dans ces conditions."

Les personnes qui échappent aux combats sont également de plus en plus désespérées.

Ibrahim Mahram a trouvé refuge à Al Mawasi, dans une tente qui abrite cinq familles. Dans cet ancien village bédouin, les réfugiés et les habitants manquent d'abris, de nourriture et d'autres produits de première nécessité, selon les organisations humanitaires.

"Nous avons souffert de la guerre des canons et nous en avons réchappé pour arriver à la guerre de la faim", a déploré Ibrahim Mahram. "Nous nous partageons une tomate entre nous tous."

PRESSION

Selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), 1,9 million de personnes, soit 85% de la population de Gaza, ont été déplacées et il n'y a pas assez d'aide pour répondre aux "besoins écrasants".

La pression augmente dans le sud de l'enclave, près de la frontière avec l'Égypte a déclaré Filippo Grandi, le haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

"Les gens s'entassent sur le petit bout de terre entre Khan Younès et la frontière de Rafah", a-t-il indiqué à Reuters.

L'Égypte a déclaré qu'elle ne permettrait aux habitants de Gaza de franchir sa frontière. Diaa Rachwane, directeur du service d'information de l'État, a ajouté que l'Égypte pensait qu'Israël essayait également de forcer les Palestiniens de Cisjordanie à se rendre en Jordanie.

Selon le porte-parole du ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, 17.177 Palestiniens ont été tués et 46.000 blessés depuis le 7 octobre. Au cours des seules dernières 24 heures, 350 personnes ont été tuées, a déclaré Achraf al Qidra.

Israël affirme qu'il doit éliminer le Hamas à Gaza et en Cisjordanie pour le bien des Israéliens et des Palestiniens et qu'il fait tout son possible pour préserver les vies des civils.

L'armée israélienne a fait état pour sa part de 88 soldats tués lors des incursions terrestres dans la bande de Gaza qui ont débuté le 20 octobre. Tsahal estime qu'environ un tiers des morts côté palestinien est constitué de combattants, sans préciser comment cette estimation a été obtenue.

Au cours des quatre derniers jours, l'Onu indique ne pas avoir été en mesure de distribuer de l'aide dans la bande de Gaza à l'exception de la zone autour de Rafah.

Un haut responsable du Hamas a déclaré à Reuters que les médiateurs continuaient d'explorer les possibilités d'une nouvelle trêve.

(Reportage Nidal Al Mughrabi au Caire, Maggie Fick à Beyrouth, Dan Williams et Henriette Chacar à Jérusalem, Osterman; version française et les rédactions de Reuters, rédigé par Cynthia Osterman; version française Camille Raynaud et Kate Entringer, édité par Tangi Salaün)

4 commentaires

  • 08 décembre07:27

    M6807827 est un très grand intellectuel de la géopolitique dans son appartement chauffé à bloc


Signaler le commentaire

Fermer