1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Départs tendus de cadres de La France insoumise
Reuters28/11/2018 à 14:51

DÉPARTS TENDUS DE CADRES DE LA FRANCE INSOUMISE

PARIS (Reuters) - Un conseiller de Jean-Luc Mélenchon, Djordje Kuzmanovic, a annoncé mercredi quitter La France insoumise après son exclusion de la liste pour les élections européennes, accusant le mouvement de méthodes autoritaires préjudiciables à son avenir.

François Cocq, autre orateur national, a fait état de son éviction dans un billet publié mercredi sur son blog, dans lequel il rappelle avoir dénoncé lui aussi un "bond en arrière" de la stratégie de LFI marquée selon lui par un retour vers un "rassemblement de la gauche".

"Le mépris comme mode de fonctionnement couvre mal un amateurisme indigne d'une formation ambitionnant l'exercice du pouvoir", dit Djordje Kuzmanovic dans une tribune publiée par Marianne. "Car à côté du manque de démocratie, cette forme d'organisation détermine également l'aspect chaotique du mouvement."

Dans une longue charge contre la formation qui a enregistré dimanche dernier un revers électoral dans l'ancienne circonscription de Manuel Valls dans l'Essonne, où le maire Francis Chouat, soutenu par LaRem, l'a emporté sur Farida Amrani, Djordje Kuzmanovic fustige "l'extrême concentration du pouvoir aux mains d'un petit groupe de nouveaux apparatchik".

Il déplore en outre l'exclusion récente d'un groupe d'action LFI parisien qui avait organisé un débat sur "l'entrisme islamiste dans les syndicats", et fustige des "méthodes autoritaires" qui "révoltent les militants de terrain, provoquant lassitude, désespoir et abandons".

En septembre, les propos sur l'immigration tenus par Djordje Kuzmanovic dans l'Obs ("La bonne conscience de gauche empêche de réfléchir concrètement à la façon de ralentir, voire d'assécher les flux migratoires") avait déclenché une première prise de distance de Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier avait estimé dans le même journal que ses propos n'engageaient que lui.

Djordje Kuzmanovic attribue par ailleurs l'abandon de Charlotte Girard pour mener la liste de LFI aux élections européennes au "chaos organisé" qui y prévaut selon lui.

Jusqu'alors colistière de Manuel Bompard, la responsable des programmes a annoncé mi-novembre sur Facebook renoncer à occuper une "place éligible dans la liste de La France insoumise pour les élections européennes", citant des "contraintes personnelles, familiales et professionnelles".

Dans un tweet, le chef de file de La France insoumise s'est refusé mercredi à commenter des "déclarations personnelles" : "Ras-le-bol des médias qui nous grillent la moitié de notre temps de parole à nous faire commenter les déclarations personnelles de tel ou tel des 500.000 insoumis", a écrit Jean-Luc Mélenchon.

(Julie Carriat, édité par Yves Clarisse)

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jfvl
    28 novembre18:55

    Des bolchevicks qui rêvent de démocratie... On aura tout vu !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer