1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Dans les coulisses du temple mormon de Versailles

Le Point26/04/2017 à 10:05

La proximité du château de Versailles a conduit les mormons à construire un temple plus horizontal que vertical. Il ne compte, au Chesnay, ni clocher ni statue monumentale de l'ange Moroni, une figure pourtant centrale dans le culte de cette Église.

Son imposante façade mêlant marbre et béton poli est percée de grandes verrières, ornées de vitraux à motifs floraux. Entouré d'une esplanade et d'un jardin, d'un peu moins d'un hectare, parsemé de massifs plantés et de fontaines étincelantes, le premier temple mormon de l'Hexagone ne passe pas inaperçu. Situé à moins de deux kilomètres du château de Louis XIV, l'édifice réalisé par le groupe Bouygues aurait coûté près de 80 millions d'euros à l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (le vrai nom de l'Église mormone). Ses dignitaires se refusent cependant à confirmer ce montant. L'inauguration de ce majestueux bâtiment de 4 400 mètres carrés, situé à la frontière des communes du Chesnay et de Versailles, a fait grand bruit le 7 avril dernier.

La construction d'un tel temple, sur le territoire métropolitain, installe de fait le culte mormon dans le paysage français. Les 38 000 mormons de l'Hexagone ont beau disposer en France de 110 églises où ils se réunissent chaque dimanche (dont deux à Paris, dans le 4e et le 19e arrondissement), ils attendaient avec impatience l'ouverture de ce lieu où se pratiquent quelques-uns des sacrements les plus importants de leur rite. Ils devaient, en effet, jusque-là aller dans les temples de Berne, Londres, Madrid ou Francfort. Les 28 000 fidèles de ce culte outre-mer, principalement présents dans le Pacifique, bénéficient, quant à eux, d'un temple à...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer