1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Benalla impliqué dans des contrats russes à deux millions d'euros, selon Mediapart
Reuters11/02/2019 à 18:17

BENALLA IMPLIQUÉ DANS DES CONTRATS RUSSES À DEUX MILLIONS D'EUROS

PARIS (Reuters) - De nouveaux éléments publiés lundi, par Mediapart notamment, tendent à éclairer le rôle présumé joué par Alexandre Benalla dans la conclusion de contrats de sécurité avec deux oligarques russes proches de Vladimir Poutine, notamment pendant qu'il était employé par l'Elysée.

Selon le média d'investigation, qui cite notamment le dirigeant du groupe Velours choisi comme prestataire, "les deux contrats russes négociés par l'ancien collaborateur du chef de l'État français, avant et après son départ de l'Élysée, s'élèvent donc à 2,2 millions d'euros".

Le parquet national financier (PNF) a confirmé vendredi l'ouverture d'une enquête pour corruption sur un contrat de sécurité signé avec Iskander Makhmudov, dans lequel serait en outre impliqué Chokri Wakrim, ex-membre des services spéciaux et compagnon de la commissaire de police alors responsable de la sécurité du Premier ministre.

Vincent Crase a précisé devant le Sénat qu'il s'agissait de prestations pour que les trois enfants de M. Makhmudov bénéficient d'un accompagnement journalier, et "que lui-même dispose d'une équipe comprenant un chauffeur et deux personnes, durant ses villégiatures en France".

"Alexandre Benalla a assisté à deux trois rendez-vous sur ce contrat avec M. Crase et nous-mêmes", a déclaré lundi sur BFM TV Jean-Maurice Bernard, directeur de Velours. "M. Benalla a soufflé ou en tout cas connaissait les noms des cinq personnes qui nous ont été imposées par Vincent Crase."

Selon Mediapart, la première réunion d'organisation du contrat, réunissant Velours, Alexandre Benalla et Vincent Crase, aurait eu lieu mi-mars 2018, lorsqu'il travaillait encore à l'Elysée, dans un bar à chicha proche de la présidence de la République, où le collaborateur de l'Elysée avait ses habitudes.

"L'accord de sous-traitance liant Mars (...) et Velours est signé le 25 juin", selon Mediapart, et le paiement de la première tranche du contrat (294.000 euros par trimestre) arrive le 28 juin sur le compte de Mars à la Société générale, dont une partie (172.200 euros) est reversée le 6 juillet à Velours.

Licencié le 23 juillet de la présidence, Alexandre Benalla aurait récupéré en octobre le contrat de l'oligarque Iskander Makhmudov, pour 980.000 euros, par le biais d'une société baptisée France Close Protection.

"Alexandre Benalla a par ailleurs contracté en décembre 2018 un second contrat de sécurité avec un autre oligarque russe proche de Poutine, Fahkad Akhmedov, d'un montant total de 980.000 euros", ajoute le média, portant à plus deux millions l'ensemble des accords passés.

Alexandre Benalla, licencié par l'Elysée pour son rôle dans des violences en marge des manifestations du 1er-Mai, a été mis en examen le 22 juillet dans ce volet, puis en janvier dans l'affaire de ses passeports diplomatiques, utilisés plusieurs mois pour des voyages après son départ.

L'ancien homme de confiance d'Emmanuel Macron n'a pas répondu aux demandes de réaction de Reuters.

(Julie Carriat, édité par Yves Clarisse)

20 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rillouto
    12 février18:10

    jpam , tout le monde peut mentir sans impunité en commission parlementaire, pourtant prevu d'emprisonnement si mensonges ,mais non ... prenez fred oueda par exemple, avant panama papers,commission parlementaire " nous n'avons aucuns comptes a panama", apres panamapapers " ah, on etaient pas au courant " ... tu penses !!! donc il a menti, mais dehors et tranquille, voila notre justice ....

    Signaler un abus

  • jpam
    12 février14:25

    Silence gêné des adorateurs de la macronie sur ce sujet. Saura-t-on un jour qui était réellement Benalla et surtout quelles étaient ses vraies prérogatives ? Peu de chance. La "justice indépendante" semble bien soumise.... Exécution rapide et sans concession pour Fillon, Benalla, alors qu'il est avéré qu'il a menti devant le Sénat, reste tranquille...

    Signaler un abus

  • BUZZ50
    12 février14:17

    des collaborateurs qui prennent des bakchich sur des contrats... c'est très ancien monde !!!!

    Signaler un abus

  • vonvon1
    12 février12:00

    c'est pas demain qu'il sera sdf

    Signaler un abus

  • rodde12
    12 février09:01

    Je croyais que la France allait devenir comme l'URSS. Mais elle est déjà à la phase suivante. Hier je regardais les informations sur RTSuisse Ils annonçaient les résultats de deux votations. Ils ne vivent pas dans le même monde que nous. A quoi ça tiens? Je crois qu'il faut vraiment que cela change, nous touchons le fond.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer