Une grande roue mobile pour abriter 19 chambres d'hôtel en bord de Seine

le
0

Un savant mélange de maison flottante, de grande roue de la Concorde à Paris et de London Eye : voici le Wheel hotel. Un hôtel qui serait installé sur les divers quais de la capitale pour quelques mois à chaque fois.

On connaissait les grandes roues panoramiques et les hôtels flottants mais pas encore les capsules hôtelières installées sur une grande roue flottante. Ce concept un peu fou, sorti tout droit de l’imagination du cabinet parisien d’architectes SCAU (Société de conception d’architecture et d’urbanisme) vient d’être dévoilé récemment. Pour peu qu’ils arrivent à franchir les obstacles réglementaires, ses concepteurs comptent bien commercialiser cette étonnante structure en bois.

Inspirée des norias, ces roues à aubes utilisées pour l’irrigation, cet hôtel remplace les godets traditionnels par 19 «capsules» faisant office de chambre. On pénètre dans ce cylindre de 3,6 mètres de diamètre par un sas, avant de traverser la salle d’eau et de rejoindre le lit orienté face au fleuve. La construction ne dépasserait pas les 30 mètres de diamètres (la moitié de la roue panoramique de la place de la Concorde) et tournerait lentement sur elle-même à raison d’une rotation toutes les 30 minutes.

300 à 400 euros la nuit

Atout de la construction flottante : l’hôtel ne serait installé que de manière temporaire ne restant que 6 mois au maximum dans chaque site de façon à respecter la réglementation sur les bâtiments provisoires. Et au passage, cela permettra de varier les points de vue sur les beaux monuments de la capitale.

Selon ses concepteurs, la roue pourrait être montée et démontée en seulement quatre jours et se déplacerait évidemment sur le fleuve grâce à une péniche. C’est cette même péniche qui fera office de réception et de bar-restaurant ouvert à tous lorsque le Wheel Hotel sera installé. Quant à la gamme hôtelière visée par les promoteurs de ce projets, elle serait sans grande surprise plutôt luxueuse. Ils tablent déjà sur des nuits tarifées entre 300 et 400 euros même si la décoration se veut sobre voire dépouillée. Reste encore à convaincre l’administration d’accorder des autorisations (les Bâtiments de France pour la protection du patrimoine et les Voies navigables de France pour la gestion des berges) avant de trouver des investisseurs prêts à se lancer. Ce n’est qu’à ce prix que des chambres flottantes pourront bientôt tourner au-dessus de la Seine.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant