Travail, impôts, aides, salaires : la France en statistiques

le
21

La France en 2014 : plus de chômage mais des salaires un peu plus élevés, davantage d'impôts mais des logements plus grands, et surtout, une meilleure espérance de vie.
La France en 2014 : plus de chômage mais des salaires un peu plus élevés, davantage d'impôts mais des logements plus grands, et surtout, une meilleure espérance de vie.

L'Insee vient de publier son édition 2014 de l'ouvrage « France, portrait social ». Les nombreuses statistiques qu'il contient permettent de dresser des constats dans des domaines très variés du paysage socio-économique de l'Hexagone.

Réformes de fiscalité, croissance bloquée, pénibilité du travail et chômage en hausse : les débats socio-économiques sont nombreux en France. L'Insee permet d'y voir plus clair en chiffrant certaines données clés.

Chômage : 43% de hausse en 5 ans

Depuis la crise économique de 2008-2009, il n'aura échappé à personne que le chômage croît de manière lente mais constante dans l'Hexagone. Ainsi, entre 2008 et 2013, le nombre de personnes au chômage aurait augmenté de 43%, et même de 56% pour les chômeurs de longue durée, ces derniers représentant désormais plus d'un million de personnes.

Pour relativiser ces mauvaises statistiques, il faut avoir en tête que ces mêmes chiffres sont souvent beaucoup plus élevés dans d'autres pays d'Europe, notamment les pays du sud. L'Allemagne reste la moins touchée par le phénomène, où le marché de l'emploi s'est même amélioré sur la même période.

Les plus touchés par la hausse du chômage sont globalement les personnes les moins diplômées, les ouvriers, les immigrés mais également les jeunes. Les allocataires au RSA représentent 1,7 millions de personnes à fin 2012, un chiffre a priori plus faible que le véritable chiffre actuel (fin 2014) qui n'est pas encore disponible.

Salaires : en timide hausse

Petite éclaircie malgré tout : les salaires ont progressé depuis 2008, à raison de 0,2% par an en moyenne. Timide hausse, certes, mais hausse quand même alors que l'inflation sur la période a été extrêmement faible.

Le salaire moyen des salariés français est ainsi de 20 100¤ net par an, à corriger pour obtenir le salaire en « équivalent temps plein » qui se situe à 25 850¤ net (données fin 2012).

A noter les disparités très marquées entre les différents niveaux de qualification et entre les sexes. Chez les cadres, le salaire moyen pour les hommes serait de 52 250¤ contre seulement 40 980¤ pour les femmes. L'inégalité est légèrement moins marquée pour les emplois les moins qualifiés : chez les ouvriers hommes, le salaire moyen (toujours en équivalent temps plein) est de 20 370¤ par an contre 16 950¤ pour les femmes.

Progression du travail dominical

Toujours côté travail, l'un des chiffres intéressants avancé par l'Insee est celui du travail dominical. 17% des salariés travaillent au moins une heure le dimanche, et ce chiffre passe même à 54% chez les cadres et les professions libérales. Un chiffre en progression selon l'Insee, qui chiffrait respectivement ces mêmes statistiques à 13% et 35% en 1986.

30% des salariés travaillent également au moins une heure le samedi, un chiffre cette fois-ci en baisse alors qu'il était de 36% il y a 28 ans. Malgré cela, pour une majorité de Français, le week-end reste un temps de repos. Ceux-ci s'accordent en moyenne une heure de sommeil en plus le dimanche par rapport à la semaine et 30 minutes de télévision supplémentaires.

Davantage d'impôts... pour davantage d'égalité

Difficile de calculer exactement l'importance de la pression fiscale sur les Français alors que chaque citoyen est sujet à une imposition différente en fonction de sa situation et des opérations qu'il a effectuées dans l'année.

Néanmoins, l'Insee arrive au constat que la pression fiscale s'est accentuée en moyenne. Les ménages les plus aisés sont les plus concernés : le niveau de vie des 10% les plus riches aurait baissé de 1,7% au cours de l'année 2013 du fait de l'augmentation de la fiscalité qui leur est appliquée. Pour les autres ménages, la même baisse de niveau de vie due à la fiscalité serait de 0,3%. La fiscalité aurait ainsi permis de limiter très sensiblement les inégalités, affirme l'Insee.

Plus d'espace pour vivre

Côté immobilier, la taille moyenne des logements augmente, même si cela n'est pas forcément le cas dans la capitale. La taille moyenne des logements en France est ainsi de 95m² (fin 2012), en hausse d'un mètre carré face à l'année précédente. Début 2014 étaient recensés 34,7 millions de logements en France, dont 7,9% de logements vacants. A noter la hausse de ce dernier chiffre qui était de 6,9% en 2009.

Démographie : peu d'immigration et une meilleure espérance de vie

Au cours de l'année 2013, la population française a augmenté de 280 000 personnes, ce qui représente une hausse de 0,43% de la population. Au sein de cette statistique, l'immigration représente 40 000 personnes alors que le solde naturel entre naissances et décès explique la très grande majorité de ce chiffre : 240 000 personnes.

Par ailleurs, l'espérance de vie a encore progressé l'an dernier pour s'établir à 78,7 ans à la naissance pour les hommes, et désormais 85 ans à la naissance pour les femmes.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • muck12 le vendredi 21 nov 2014 à 12:50

    bientôt la revolution

  • M362321 le vendredi 21 nov 2014 à 10:10

    Davantage d'impôt pour davantage de solidarité ? pardon ? Ha oui c'est vrai que les journalistes ont des passe droit à ce niveau là. Alors ça peut donner des leçons ...

  • noterb1 le vendredi 21 nov 2014 à 09:24

    Quelques chiffres oubliés dans le commentaires : en Allemagne il y a moins de jeunes à entrer dans le monde du travail que de vieux à en sortir .Il suffit de regarder les courbes démographiques pour s'en rendre compte . Les riches ont vu leur niveau de vie baisser ? Mais en 2013 les 500 grandes fortunes ont augmenté leur patrimoines de 15 % (après 25 % en 2012) ce qui représente au total plus de 100 milliards d'euros .

  • M3366730 le jeudi 20 nov 2014 à 09:43

    Et de cela on ne parle pas : http://www.ifrap.org/Augmenter-le-temps-de-travail-des-enseignants,12367.htmlhttp://www.ifrap.org/Bulletins-de-salaires-retraites-des-simplifications-de-facade,14533.html

  • M3366730 le jeudi 20 nov 2014 à 09:39

    une partie est dit là : http://www.ifrap.org/Loi-de-finances-rectificative-2-2014-la-vraie-fausse-maitrise-des-comptes,14550.html Les fuites de sous-budgétisation ne sont pas évitées : OPEX, dérapage des dépenses de guichet, effectifs de l’éducation nationale, tous ces éléments contribuent à dégrader les comptes en imposant des gages inédits ;

  • jmarmont le jeudi 20 nov 2014 à 05:35

    Pas vu de hausse de mes salaires depuis plus de trois ans.

  • idem12 le mercredi 19 nov 2014 à 23:11

    " La fiscalité aurait ainsi permis de limiter très sensiblement les inégalités," je ne savais pas que le but de la fiscalité c'était que tout le monde se retrouve avec le même niveau de vie...quant à "peu d'immigration" juste 15% de l'augmentation de la population qui viennent s'ajouter à tous les non intégrés : une paille !!

  • M4600952 le mercredi 19 nov 2014 à 22:46

    Davantage d'impôts plus d'inégalités pour les retraités classe moyenne: baisse des ressources 3.7% essentiellement due à l'augmentation des impôts alors que les retraites sont figées.

  • loto77 le mercredi 19 nov 2014 à 20:13

    les chiffres de salaires donnés par l'INSEE sont à vomir !Un couple d'ouvriers "gagnerait " en moyenne 20 370 + 16 950 = 37 320 € net / an soit dans les 45 000 € brut/mois soit pas loin de 4000 € brut/mois !!C'est se f.outre de la g. du monde de tels chiffres ! Honteux !

  • M601364 le mercredi 19 nov 2014 à 18:07

    Gel des retraites